Les Journées du patrimoine avec l’association Parcours des sciences

Journées du Patrimoine – Un laboratoire pour les Curie, promenade-atelier pour jeunes et familles

Au Jardin des plantes, une courte promenade avec PARCOURS DES SCIENCES présente Henri Becquerel mettant en évidence la radioactivité en 1896. Deux ans plus tard, dans un hangar abandonné, Pierre et Marie Curie découvrent le radium. Ils rêvent de posséder un laboratoire digne de ce nom.

Autour d’une carte de la Rive Gauche comme terrain de jeu, rassemblez tous les éléments nécessaires au bon fonctionnement de leurs recherches.

INSCRIPTION OBLIGATOIRE

RV 47 rue Cuvier, durée 1h15.
samedi 16 septembre à 10h, 14 h et 15h30
dimanche 17 septembre à 10h, 11h30, 14h et 15h30

 

***************

Journées du Patrimoine – Paris, le rêve de Marya Sklodowska – Curie, promenade pour jeunes et familles

La jeune Polonaise rêvait de faire ses études à Paris sans savoir qu’elle y resterait et deviendrait mondialement célèbre sous le nom de Marie Curie. Pour la suivre, reportons-nous au livret-jeu donné au début de cette promenade avec l’association PARCOURS DES SCIENCES

GRATUIT, SANS INSCRIPTION, LIMITE A 20 PERSONNES

RV place de la Sorbonne, devant la statue d’Auguste Comte, arrivée 11 rue P. et M. Curie ; durée 2h.

samedi 16 septembre à 14h30

dimanche 17 septembre à 11h et 14h30

Appel à communications – Fondements, formes et usages du paritarisme en France (XIXe-XXIe siècles)

Fondements, formes et usages du paritarisme en France (XIXe-XXIe siècles)

 

Le Comité d’histoire des administrations chargées du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (CHATEFP) et le Comité d’histoire de la Sécurité sociale  (CHSS)  lancent conjointement un appel à propositions de communications en vue d’organiser un colloque international à Paris, les 22 et 23 novembre 2018. Cette manifestation scientifique, destinée à mieux comprendre la formation et le fonctionnement de notre système contemporain de relations sociales, portera sur la construction et les usages du paritarisme en France.

Traditionnellement associé à l’idée d’un équilibre institutionnel entre les intérêts divergents du capital et du travail, le paritarisme est un mode de gouvernance à géométrie  variable  (bipartite, tripartite avec l’État, voire quadripartite avec les collectivités locales) qui renvoie à une pratique ternaire (mais non exclusive) de la régulation sociale : la concertation ; la négociation (collective) / conciliation (règlement des conflits individuels et collectifs du travail) ; et la gestion (protection sociale, assurance chômage, formation professionnelle…). Sa pérennité depuis le XIXe siècle, son inscription française dans l’espace public – préféré pour sa « neutralité » à celui des relations professionnelles dans l’entreprise -, sa connivence avec les politiques sociales, son ampleur au vu des mandats de représentation ou de gestion de la protection sociale, sa fortune internationale et les controverses dont il est l’objet convient à des éclairages interdisciplinaires sans préjudice de comparaisons internationales. L’enjeu du colloque est bien d’en faire un objet d’étude à part entière, au rebours d’une recherche française qui le place très rarement au cœur de sa réflexion.

Afin d’éviter une déclinaison institutionnelle des paritarismes qui compromettrait l’intelligence générale du phénomène, quatre approches globales susceptibles d’être combinées sont soumises aux chercheurs :

Doctrine et sources

 La première s’intéresse au cheminement qui a conduit juristes et publicistes à entériner le paritarisme comme l’un des éléments obligés de notre système de relations sociales, sans lui réserver, semble-t-il, une place spécifique dans la doctrine. La notion est souvent présentée par celle-ci comme une  réponse  à  des  interrogations  théoriques  sur  la  manière  d’organiser  la  « représentation »,  la « représentativité » et la confrontation des intérêts professionnels ou catégoriels (assurés sociaux, assistés, usagers, etc.) dans des instances publiques ou parapubliques, qu’elles soient consultatives, conciliatrices ou gestionnaires. Elle est, de ce point de vue, familière du concept polysémique de « démocratie sociale », dont la finalité serait de définir une correspondance politiquement viable entre le monde social et économique du travail, régi principalement par des rapports de subordination, et le régime de la démocratie, idéalement fondé sur l’égalité des droits entre citoyens. Au point d’ailleurs d’exposer le phénomène paritaire aux tensions qui s’observent fréquemment entre les droits individuels et les droits collectifs, comme en témoigne aujourd’hui la formation professionnelle, droit collectif par excellence, à travers le compte personnel d’activité. Enfin, la notion n’est pas non plus sans lien avec les relations industrielles entre l’Etat et les organisations syndicales et patronales, dont les configurations et les modalités peuvent sensiblement varier selon les pays, les périodes, la sphère (au niveau intérieur ou extérieur à l’entreprise) et les fonctions assumées par les syndicats.

Un travail d’histoire doctrinale, mené à partir des thèses, articles et manuels de droit (produits, par exemple, par les écoles juridiques françaises : Bordeaux, Toulouse…) permettrait de saisir  la diversité des paritarismes selon les modèles d’organisation sociale (corporatiste, néo-corporatiste, social-démocrate, etc.) qu’ils ont pu (ou continuent d’) incarner et légitimer. En vertu de quels compromis, inventions, renoncements, revirements doctrinaux, hybridations entre les systèmes de relations professionnelles du public et du privé, apports croisés des règles d’ordre public et du droit du travail, le phénomène paritaire est-il devenu une caractéristique majeure de notre démocratie, dans le champ du travail et de la protection sociale ? Comment la délégation de gouvernance et de gestion de fonds publics à des institutions paritaires s’articule-t-elle en droit au fonctionnement des institutions politiques ?  Quelle  place  le  droit  et   la   doctrine   juridique   lui   réservent-t-ils   dans   d’autres pays (Gleichberechtigung en Allemagne) ? Le paritarisme peut-il, dans certains cas, se passer de toute formalisation juridique, se constituer spontanément selon des usages établis ou bien encore remplir sa fonction d’équilibre en dépit d’une nette asymétrie de représentativité ou de représentation – comme dans le cas français – entre ses deux principales composantes, les organisations patronales et syndicales ?

Les sources juridiques du paritarisme sont très diverses puisqu’elles peuvent être législatives, règlementaires ou conventionnelles (conventions collectives, accords nationaux interprofessionnels…), sans parler du droit international (conventions et recommandations de l’OIT) ou du droit européen. Leur étude comparée permettrait d’affiner la typologie des paritarismes et d’apprécier le travail de coproduction, de transformation, d’interprétation et d’articulation des normes dont ils sont porteurs : quelle est leur contribution au développement du droit social ?

Configurations d’acteurs, temps forts du paritarisme

 La deuxième approche ambitionne de saisir, séparément ou conjointement, les  différentes formes de paritarisme (consultation/concertation, négociation/conciliation, gestion) au moment de leur émergence sociale. Il s’agit, d’une part, de comprendre pourquoi, comment et avec quels acteurs le paritarisme s’est imposé comme moyen légitime de traiter, par la négociation dans telle arène neutre à huis clos (l’institution paritaire), des problèmes sociaux (ou catégoriels) dont la résolution unilatérale par une partie eût fatalement lésé l’autre (ou les autres). Et, d’autre part, d’apprécier les usages du paritarisme, c’est-à-dire la manière dont celui-ci est pratiqué, mobilisé, sollicité, instrumentalisé (la « politique de la chaise vide » en est une illustration) ou théâtralisé – du dedans comme du dehors – pour aboutir à des codécisions censées respecter l’intégrité revendicative des parties en présence (« les issues honorables »). Que signifie donc cette délégation, à des acteurs potentiellement ou ouvertement en conflit, de la capacité à négocier et à coproduire des normes, à s’emparer d’un problème social ou de société, à gérer des fonds importants destinés à protéger des populations, pourtant non syndiquées dans leur  très  grande  majorité  ?  Dans  quelle  mesure  cette  communauté  de  décisions,  nonobstant  les asymétries toujours possibles dans la représentation ou la représentativité (la division des organisations syndicales  pouvant  faire  le  jeu  des  organisations  patronales),  renforce-t-elle  leur  légitimité ou  les éloigne-t-elle  au  contraire  de  leurs  bases   ?  Quel  est  son  impact  sur  l’idéologie  syndicale  et  la structuration du paysage syndical ? Vaut-elle émancipation (et non délégation de gestion par l’État), lorsque les parties prenantes se mettent d’accord entre elles pour résoudre leurs différends ou gérer de concert (cas du paritarisme bipartite de gestion d’origine conventionnelle : retraites complémentaires, institutions de prévoyance et assurance chômage) ? Quel rôle l’État conserve-t-il ou s’assigne-t-il alors ? Plusieurs temps forts ou moments fondateurs pourraient ainsi faire l’objet d’investigations, croisées ou non. Par exemple, le paritarisme de concertation (à usage consultatif) semble avoir connu une  certaine  effervescence  au  tournant  des XIXe-XXe siècles à travers la politique  menée par  le socialiste  indépendant  Alexandre  Millerand,  qui  visait,  par  défaut  de  dialogue  professionnel  entre patrons et ouvriers mais aussi  par souci  de neutralité, à l’organiser au sein d’instances publiques (Conseil supérieur du travail, commissions départementales du travail, conseils du travail, etc.). La Première Guerre mondiale paraît avoir confirmé cette impulsion en y ajoutant temporairement un paritarisme de conciliation (notamment pour le calcul des salaires après conflit collectif), dont les premiers linéaments, beaucoup plus anciens, remontent à la création (à vocation pédagogique) des conseils de prud’hommes. C’est d’ailleurs durant ce conflit qu’une réglementation à base contractuelle a fait  son  apparition,  transformant  les  syndicats  en  « législateurs  secondaires »  ou  coproducteurs  de normes. Quant au paritarisme de gestion, dont la généalogie est plus délicate à démêler (les filiations pouvant être patronales et/ou ouvrières, confessionnelles : patronat catholique ou protestant, ou bien encore conventionnelles), il semble avoir battu au rythme des grandes réformes de notre protection sociale, alternant phases de promotion et d’éclipse : ni les grandes lois sociales (retraites ouvrières et paysannes de 1910, lois de 1928-1930 sur les assurances sociales) ni la Sécurité sociale n’en ont fait un principe exclusif, pérenne ou équilibré de gestion, même s’il subsiste au sein des caisses d’allocations familiales depuis 1946. Introduit dans la branche maladie en 1967 par la réforme Jeanneney, supprimé en 1982 puis rétabli en 1996, il n’y joue plus aujourd’hui qu’un rôle symbolique, avec l’affirmation croissante du rôle de l’État et du Parlement depuis la réforme Juppé. Quant à la branche AT/MP (plus exactement, l’institution prévention de la Sécurité sociale), s’il y est bien présent, c’est sans être pour autant la contrepartie de la double cotisation patronale et ouvrière (celle-ci faisant défaut en vertu de la théorie du risque professionnel). En définitive, le paritarisme apparaît surtout vivace dans les secteurs à l’origine contractuels de la protection sociale (retraites complémentaires, assurance-chômage, formation professionnelle, institutions de prévoyance, etc.), rendus obligatoires après 1945, et où l’autonomie des acteurs par rapport à l’État est restée jusqu’à présent la plus forte (bien que les développements récents et, peut-être, annoncés, laissent augurer, là encore, son affaiblissement, voire sa disparition dans le cas de l’assurance-chômage).

Dans la mesure où ces percées historiques alternent avec des phases de recul ou de réalisation parcellaire (le paritarisme de gestion des assurances sociales était, en 1930 – comme en 1910 pour les retraites ouvrières et paysannes – l’apanage des seules caisses d’origine patronale dans un système « pluraliste » de caisses par affinité), il importe de prendre en compte, pourvu qu’ils soient arrimés à une problématique autour du paritarisme, d’autres acteurs que les seules organisations patronales et syndicales : ainsi la Mutualité, impliquée au premier chef dans la gestion du système des assurances sociales au cours des années 1930 mais évincée de la Sécurité sociale en 1946, ou encore l’État dont le rôle de « tiers inclus » (à raison de sa participation financière, de sa responsabilité dans les politiques publiques, des règles qu’il édicte et de ses arbitrages) semble avoir profondément marqué le paritarisme français.

Étudier les temps forts du paritarisme, c’est aussi s’intéresser aux grandes négociations (pour autant que leur contenu ait laissé des traces : archives, témoignages), aux moments de crise (le paritarisme est souvent présenté aujourd’hui comme un modèle en crise, alors que la crise fait partie de son histoire séculaire et de son mode de fonctionnement), aux stratégies différenciées des acteurs syndicaux qui s’y rattachent ; c’est scruter les relations, empreintes d’espoir, de malentendus, d’incompréhension, de réalisme, de satisfaction, de désillusion ou d’amertume, entre les mandataires – dont la formation, l’apprentissage de la négociation, l’expertise, le turn-over mériteraient d’être analysés – et leurs mandants qui ont (eu) inégalement et diversement voix au chapitre. C’est enfin examiner la manière dont les négociations au sein des instances paritaires, y compris dans le secteur public où elles revêtent un caractère endogène (l’État n’étant plus tiers ou « tiers inclus », mais partie prenante), font caisse de résonance, rythment et influencent la vie syndicale ou le débat social et politique.

Contestations, alternatives

 Une troisième approche se propose d’objectiver les contestations à l’encontre du paritarisme. Né au XIXe siècle pour « fabriquer » du consensus, ce mode de « gouvernance » suscite aujourd’hui de nombreuses critiques (voire du dissensus) dont le bien-fondé et les finalités mériteraient d’être examinés à la lumière des changements de contexte, des réformes de la protection sociale et des mutations du travail depuis la fin des Trente Glorieuses. Ainsi qu’au regard des modèles alternatifs (gestion patronale, gestion ouvrière ou administration syndicale) ou complémentaires de représentation des institutions du social, qui mobilisent des acteurs hétérogènes : assurés sociaux ou bénéficiaires, représentants d’associations de malades, usagers, experts indépendants, etc. La contestation du paritarisme n’est du reste jamais très éloignée de son instrumentation : de quels milieux provient-elle et par quels canaux se diffuse-t-elle ; sur quels arguments se fonde-t-elle ; à quelles fins est-elle mobilisée ? Est-elle, s’agissant du paritarisme de gestion, fonction d’une hétérogénéité « dans les modes de gouvernance des différents organismes, dans leur mode de financement ou encore dans les moyens de contrôle dont ils sont dotés » ? Sans doute conviendrait-il de montrer, dans un double souci d’objectivité et de relativité, que le paritarisme de gestion eut, à l’heure des grandes réformes sociales, ses adeptes les plus farouches dans le monde patronal, soit pour conserver le contrôle social des salariés, soit pour contenir les velléités intrusives de l’État. Non sans trouver un écho auprès de certains leaders socialistes ou radicaux- socialistes qui y voyaient un instrument de formation/responsabilisation et d’émancipation de la classe ouvrière. Aucune continuité des opinions n’est du reste observable dans la durée, ni même selon les pays : par exemple, le CNPF a pu revendiquer la gestion conventionnelle et paritaire comme un contre- modèle à l’organisation du régime général de la Sécurité sociale, issu des ordonnances de 1945. Plus récemment, le patronat allemand n’a pas hésité, dans les années 2000, à remettre en cause la codétermination allemande (Mitbestimmung qui répond, elle aussi, à une logique d’équilibre, fondée sur le principe de l’égalité) dont les vertus pacificatrices, réputées bénéfiques à la production, étaient louées depuis les années 1950.

Que le modèle paritaire français fasse l’objet de critiques – souvent tranchées – ne doit pas éclipser un double paradoxe qui mériterait d’être élucidé. Le premier tient à l’ampleur incontestable du phénomène paritaire dans l’Hexagone (mais est-il « sans équivalent en Europe » ?), alors même que le syndicalisme ouvrier y est traditionnellement faible (par le taux des adhésions et en l’absence d’union et closed shop) et divisé, et que la Mutualité y est de très longue date et solidement implantée. Comment expliquer cette situation qui revient, sur fond de liberté syndicale, à donner aux organisations syndicales une prime de représentation et de représentativité ? Dénote-t-elle, depuis que la référence au corporatisme est frappée d’opprobre en France (du fait du régime de Vichy), un néo-corporatisme masqué ou non assumé ? Le second paradoxe vient du surprenant décalage entre une pratique très vigoureuse de la négociation (au niveau des branches : 950 à 1500 accords par an, et surtout, depuis 1982, au niveau des entreprises : 35 000 à 40 000 accords par an contre quelques centaines dans les années 1970), formellement encouragée par le Code du travail français, et une réputation de pays à faible négociation et à haute conflictualité sociale (la régulation sociale par le conflit serait-elle une caractéristique française ?). Faut-il y voir la conséquence d’un éclatement de la négociation à plusieurs niveaux, joint au nombre excessif des branches (environ 750 en France contre seulement 8 en Allemagne !) et de partenaires (pluralisme syndical français versus syndicalisme allemand majoritairement unitaire) impliqués dans la négociation collective ? Il est, en tout cas, légitime de se demander si le paritarisme français n’est pas devenu, depuis les années 1980, l’expression institutionnelle d’une négociation polymorphe se déroulant en grande partie sans les syndicats, via les institutions représentatives du personnel (organes non paritaires mais parfois indûment rattachés au paritarisme, dans la mesure où ils participent à cette négociation). Une telle hypothèse en convoquerait une autre, calée dans la longue durée : le ministère du Travail et de la Prévoyance sociale n’aurait eu de cesse, depuis sa création, en octobre 1906, de faire de la régulation sociale avec et sans les syndicats15 (au point d’assumer dans bien des cas une fonction supplétive), quitte à leur conférer un rôle sur- représentatif et surdimensionné (mais conforme aux standards internationaux) par rapport à leur poids réel dans le monde du travail. Voilà qui remet à l’honneur l’intuition de Pierre Laroque à la fin des années 193016, selon laquelle l’organisation du dialogue social à plusieurs niveaux – complétée par la procédure d’extension administrative d’accords homologués – compenserait le défaut structural de congruence entre l’organisation du syndicalisme patronal et celle du syndicalisme ouvrier. Comme si la raison profonde du paritarisme était de compenser l’absence de parité réelle d’influence entre les deux.

Construction et circulations de modèles

 Non moins utile serait de mettre en résonance le modèle paritaire français, toutes composantes confondues, avec des modèles étrangers comparables se réclamant d’une conception différente de la démocratie sociale et des relations sociales y afférentes. Au moins deux approches pourraient être développées. La première privilégierait une comparaison terme à terme sur une période donnée, entre deux modèles paritaires ayant, si possible, entretenu des relations de curiosité réciproque (défiance ou attraction). L’exemple qui vient immédiatement à l’esprit est celui de l’Allemagne, dont la tradition paritaire née des assurances sociales de Bismarck s’est enrichie, dans le contexte révolutionnaire de la sortie de la Première Guerre mondiale, d’un modèle particulier de « démocratie sociale » dans l’entreprise, qui a été réactivé au cours des années 1950 (Mitbestimmung) dans un contexte de concurrence idéologique et politique avec les démocraties populaires de l’Europe de l’Est. Or, cette adjonction s’est opérée au prix d’une stricte séparation entre le niveau extérieur à l’entreprise (domaine des luttes sociales) qui repose sur la reconnaissance « à parité » des organisations syndicales de salariés et des associations d’employeurs (Sozialpartnerschaft) et le niveau de l’entreprise (domaine de l’obligation de paix sociale : Friedenspflicht) où les intérêts collectifs des salariés sont représentés par un Betriebsrat, doté de pouvoirs de codécision. La codétermination allemande n’a pas d’équivalent en France, où le paritarisme est cantonné dans l’espace public (neutre, mais conflictuel) à l’exclusion de l’entreprise (les institutions représentatives du personnel n’ayant pas de pouvoir de codécision), et où s’invitent sur la place publique les grands enjeux ou débats, quand l’invisible négociation d’entreprise (lieu de conflictualité variable, où se rencontrent, depuis 1968, les sections syndicales) connaît depuis les années 1980 une irrésistible envolée.

La deuxième approche, résolument transnationale, insisterait sur la circulation des modèles paritaires ; plus exactement, sur les conditions qui facilitent ou contrarient cette circulation (laquelle peut être précédée par des échanges d’informations, d’idées et de statistiques). On sait par exemple que le modèle français a puisé une partie de son inspiration dans le modèle allemand dès avant la Première Guerre mondiale, comme en témoigne l’introduction, après l’enquête du directeur de l’Office du travail, Charles Picquenard, en Allemagne (1909), du paritarisme dans les bureaux de placement puis dans les fonds de chômage et les offices de placement. L’enjeu est bien, cette fois, de comprendre le « statut », la place du paritarisme à l’international et son degré de neutralité par rapport au fonctionnement des systèmes nationaux de relations sociales dont il est constitutif : ce mode de gouvernance transnational peut-il, autrement dit, transformer de l’intérieur ces systèmes au point de les détourner de leur sentier de dépendance ? Observe-t-on, avec le recul du temps, des convergences ou des divergences ? Il est sans doute possible d’y répondre en examinant la manière dont l’OIT a fait du tripartisme à la fois son emblème organisationnel (sous l’influence historique des représentants français ?) et un vecteur transnational et universel de codécision, le tripartisme synthétisant à ses yeux la « démocratie sociale », indépendante du pouvoir politique, l’État assurant le lien entre la société du travail (représentée par les organisations patronales et ouvrières) et les institutions politiques. Mais la focale pourrait aussi se resserrer sur la promotion dont bénéficie (pour quelles raisons ; au nom de quelle idéologie ou philosophie sociale et dans quels buts ?) le paritarisme dans l’Union européenne à travers notamment l’action menée par l’Association européenne des institutions paritaires (AEIP).

 

Indications bibliographiques

 

  • Chatriot Alain, La démocratie sociale à la française. L’expérience du Conseil National Economique, 1924-1940, Paris, La Découverte, 2002 ;
  • Daumas Jean-Claude, Chatriot Alain, Fraboulet Danièle, Fridenson Patrick, Joly Hervé (dir.), Dictionnaire historique des patrons français, Flammarion, 2010 ;
  • Dernière chance pour le paritarisme de gestion, Institut Montaigne, mars 2017 ;
  • Dreyfus Michel, Pigenet Michel (dir.), Les meuniers du Force ouvrière, acteur de la vie contractuelle et du paritarisme, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011 ;
  • Fourcade Cécile, L’autonomie collective des partenaires sociaux : essai sur les rapports entre démocratie politique et démocratie sociale, LGDJ, 2006 ;
  • Fournier Jacques, Dumesnil Marie-Ange, Le dialogue social dans la fonction publique, Paris, La Documentation française, 2002 ;
  • Gantois Maïlys (coord.), France Pierre, Les négociations de branche et d’entreprise à la CFDT : acteurs, ressources et pratiques, 1 La négociation de branche, Rapport final, IRES, mai 2016 ;
  • Jabbari Eric, Pierre Laroque and The Welfare State in Postwar France, Oxford, Oxford University Press, 2012 ;
  • Join-Lambert Odile, Mias Arnaud, Pigenet Michel (coord.), « Les syndicats à l’épreuve des frontières public/privé », Sociologie du travail, vol. 59, n°1, janvier-mars 2017 ;
  • Kaplan Steven , Minard Philippe (dir.), La France, malade du corporatisme ? XVIIIe-XXe siècles, Paris, Belin, 2004 ;
  • Kott Sandrine, L’État social Représentations et pratiques, Paris, Belin, 1995 ;
  • Laroque Pierre, Les rapports entre patrons et ouvriers, Aubier, 1938 ;
  • Le Crom Jean-Pierre (dir.), Les acteurs de l’histoire du droit du travail, Rennes, PUR, 2005 ;
  • Le Institutions et acteurs, La Revue de l’IRES, numéro spécial 24 – Printemps-Eté 1997 ;
  • Maggi-Germain Nicole, « Fonctions et usages de la représentativité patronale », Travail et Emploi, 131, 2012, 23- 45 ;
  • Pollet Gilles et Renard Didier, « Genèses et usages de l’idée paritaire dans le système de protection sociale français Fin XIXe-milieu du XXe siècle », Revue française de science politique, 45e année, n°4, 1995, p. 545-569 ;
  • Richard Arnaud  et  Germain  Jean-Marc  (rapporteurs),  Rapport  d’information  sur  le  paritarisme,  Assemblée Nationale, juin 2016 (http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i3829.asp) ;
  • Rudischhauser Sabine,  Geregelte  Verhältnisse.  Eine  Geschichte  des  Tarifvertragsrechts  in  Deutschland  und Frankreich (1890-1918/19), Böhlau, 2017 ;
  • Simon  Jean-Charles,   Faut-il   en   finir   avec   le   paritarisme   ?,   Les   Notes   de   l’Institut   de   l’entreprise

(https://www.slideshare.net/ParmenideInnovation/rapport-jeancharles-simon-sur-le-paritarisme)

–       Weber Petra, Gescheiterte Sozialpartnerschaft – Gefährdete Republik ? Industrielle Beziehungen, Arbeitskämpfe und der Sozialstaat. Deutschland und Frankreich im Vergleich (1918-1933/39), Oldenbourg, München, 2010.

 

 

Conditions de soumission

 D’une longueur d’environ 5000 signes (espaces compris), les propositions seront rédigées en français ou en anglais, étant entendu que les communications orales se feront, lors du colloque, en français. S’y ajouteront l’indication des sources (écrites et/ou orales) et archives ainsi qu’une brève présentation de l’auteur et de ses travaux. Elles seront adressées au CHATEFP par voie électronique à l’adresse suivante : comite.histoire@travail.gouv.fr avant le 13 décembre 2017.

Les décisions d’acceptation ou de refus seront notifiées aux auteurs, le 30 janvier 2018. Les textes des communications seront adressés au CHATEFP, un mois avant la tenue du colloque.

Le colloque aura lieu les 22 et 23 novembre 2018

 Une publication sélective des textes – révisés après le colloque – est d’ores et déjà prévue, sous une forme encore indéterminée (ouvrage aux Presses Universitaires de Rennes et/ou dossiers dans revues à comité de lecture).

 

Comité de pilotage

Anne-Sophie BRUNO (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Christophe CAPUANO (Université Lumière-Lyon 2, LARHRA)

Odile JOIN-LAMBERT (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Marie-France LAROQUE, secrétaire générale du CHSS

Jean-Pierre LE CROM (CNRS– MSH Ange-Guépin- Université de Nantes)

Isabelle LESPINET-MORET (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Cheikh LO, secrétaire général du CHATEFP

Laure MACHU (Université Paris Nanterre)

Yannick MAREC (Université de Rouen)

Jeanne-Marie TUFFERY-ANDRIEU (Université de Strasbourg)

Pierre-Yves VERKINDT (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Bruno VALAT (Institut national universitaire Champollion, Université fédérale de Toulouse)

Vincent VIET (Cermes3 – CNRS – INSERM – EHESS – Paris Descartes)

 

Comité scientifique

Thomas AMOSSE (CEE)

Anne-Sophie BRUNO (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Christophe CAPUANO (Université Lumière-Lyon 2, LARHRA)

Antoinette CATRICE-LOREY (Université Paris Sud 11)

Alain CHATRIOT (Sciences Po)

Sandrine DAUPHIN (CNAF)

Michel DREYFUS (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle)

Patrick FRIDENSON (EHESS)

Jérôme GAUTIE (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Eric GEERKEENS (Université de Liège)

Frank GEORGI (Centre d’Histoire sociale du XXe siècle)

Nicolas HATZFELD (Université d’Evry Val d’Essonne)

Agnès JEANNET, Présidente du CHATEFP

Odile JOIN-LAMBERT (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Sandrine KOTT (Université de Genève)

Jean-Pierre LE CROM (CNRS – MSH Ange-Guépin- Université de Nantes)

Farid LEKEAL (Université de Lille, Centre d’Histoire Judiciaire, UMR 8025)

Frédéric LERAIS (IRES)

Isabelle LESPINET-MORET (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Laure MACHU (Université Paris Nanterre)

Michel MARGAIRAZ (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Yannick MAREC (Université de Rouen)

Catherine OMNES (Université de Versailles Saint-Quentin)

Norbert OLSZAK (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Michel PIGENET (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Judith RAINHORN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Rolande RUELLAN, Présidente du CHSS

Jeanne-Marie TUFFERY-ANDRIEU (Université de Strasbourg)

Pierre-Yves VERKINDT (Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Bruno VALAT (Institut national universitaire Champollion, Université fédérale de Toulouse)

Olivier VERNIER (Université de Nice)

Vincent VIET (Cermes3 – CNRS – INSERM – EHESS – Paris Descartes)

Xavier VIGNA (Université de Bourgogne)

 

Télécharger l’appel au format pdf

Une nouvelle revue pour l’analyse de réseaux pour les sciences sociales : création de la revue ARCS

https://arshs.hypotheses.org/revue-arcs

le groupement de recherche 3771 Analyse de réseaux en SHS lance la revue à comité de lecture ARCS – Analyse de réseaux pour les sciences sociales / Network analysis for social sciences. Cette revue pluridisciplinaire, consacrée à l’analyse de réseaux en sciences humaines et sociales, publie des articles inédits en français ou en anglais.

Charte éditoriale, composition du comité de rédaction et consignes aux auteur.e.s sont disponibles à l’adresse https://arshs.hypotheses.org/revue-arcs.

Toute personne intéressée par les méthodes et les concepts de l’analyse de réseaux et travaillant actuellement sur des données pouvant être partagées à envoyer une proposition d’article, sous forme de résumé dans un premier temps, d’ici le 16 mai 2017 à l’adresse arcs@episciences.org.

13 janvier 19h « La Marquise Arconati Visconti. Un mécène pour l’enseignement supérieur et la recherche au XIXe siècle », conférence de Thérèse Charmasson

L’association Parcours des Sciences vous invite vendredi 13 janvier à 19h dans les locaux de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale pour une conférence donnée par Thérèse Charmasson « La Marquise Arconati Visconti. Un mécène pour l’enseignement supérieur et la recherche au XIXe siècle » Au plaisir de vous y rencontrer !

invitation-conference

Hommage à Edouard-Léon Scott de Martinville – Les premiers enregistrements sonores au monde de la voix

Édouard-Léon Scott de Martinville

Organisée par la SEIN pour célébrer l’inscription au Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO des premiers enregistrements du son qu’Edouard-Léon Scott de Martinville a réalisés entre 1853 et 1860, la cérémonie se déroulera sous la patronage de la Commission nationale française de l’UNESCO, de l’Académie des sciences et de l’Institut national de la propriété industrielle. Avec la SEIN, ces deux dernières institutions  conservent en effet, dans leurs archives, les enregistrements originaux que l’inventeur avait soumis pour des expertises dans les années 1855-1860.

En présence des chercheurs des Etats-Unis qui ont contribué à mettre en valeur ces archives en relation avec leurs collègues français, la cérémonie sera l’occasion de mettre en valeur des documents historiques d’un intérêt exceptionnel pour l’histoire de l’acoustique et de l’enregistrement sonore, vingt ans avant l’invention du phonographe. Aussi, sur la base de ces recherches franco-américaines,  l’UNESCO a décidé d’inscrire ces archives au patrimoine international.

Vous trouverez ici le programme de la manifestation qui comportera des conférences, une exposition et un concert.

 

invitation_S_martinville_2.png

Lundi 19 septembre 2016

à l’Hôtel de l’Industrie, 4 place Saint Germain-des-Prés, 75006 Paris

14h30 : Conférences scientifiques
-Evocation de la vie et de la carrière de Edouard-Léon Scott de Martinville (1817-1879), par M.  Laurent Scott de Martinville (descendant de l’inventeur du phonautographe)
-Les cercles parisiens de la science et de la technique,
par M. Gérard Emptoz (Président de la Commission d’histoire de la SEIN)
-L’univers parisien des constructeurs d’instruments, par M.  Paolo Brenni (Consiglio Nazionale delle Ricerche, Scientific Instruments Society)
-La place du phonautographe dans l’histoire de l’enregistrement du son, par M. Henri Chamoux (chercheur, ENS Lyon).

16h30 : Visite de l’exposition :  De Scott de Martinville à nos jours -160 ans d’histoire sonore.

17h00 : La reconstitution sonore des premiers enregistrements de Scott de Martinville, par David Giovannoni (Association for Recorded Sound Collections, First Sounds).

17h30 : Discours de clôture
Mme Agnès Paillard,  Présidente du conseil d’administration de l’INPI,
Mme Catherine Bréchignac, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, Ambassadeur délégué à la science, la technologie et l’innovation,
M. Daniel Janicot, Président de la Commission nationale Française pour l’UNESCO.

18h15 : Remise des certificats
M. Franck La Rue, Directeur général pour l’information et la communication à l’UNESCO,
en présence de Mme Iskra Paneska, responsable du Programme Mémoire du monde à l’UNESCO et de
M. Gérald Grunberg, Président du Comité français du Programme Mémoire du monde.

18h45 : Variations musicales  et  curiosités techniques sur le thème d’Au Clair de la Lune
à partir du premier  enregistrement effectué  en 1856 par Edouard-Léon  Scott de Martinville,
avec Karol Beffa , compositeur,  pianiste,  Ophélie Gaillard,  violoncelliste et  Perrine Hanrot mezzo-soprano.

20h00 :  Concert de Karol Beffa et d’Ophélie Gaillard :
Bach, improvisations sur des thèmes proposés par le public, Fauré.
En l’honneur de l’inscription  des enregistrements d’Edouard-Léon Scott de Martinville au Registre international de la Mémoire du monde.

En juin, le séminaire Femmes et savoirs vous invite à pénétrer les espaces masculins

2 juin :
Valérie Schafer
Des « computer girls » à la masculinisation de l’informatique
Valérie Burgos
Des femmes à la Société d’encouragement pour l’industrie nationale ?
16 juin :
Audrey Millet
Dessiner au féminin. Apprentissage et condition salariale en manufacture (XVIIIe-XIXe siècles).
Pour en savoir plus et nous rejoindre

Promenades scientifiques de printemps Avec les PARCOURS DES SCIENCES

flyer 1

 

GRATUIT – INSCRIPTION INDISPENSABLE  parcoursdes.sciences@laposte.net

 

 

  • Là haut sur la montagne: découverte d’un quartier scientifique

Sur les traces de Pasteur, de Perrin, de Vidal de la Blache, des Curie, une promenade évoque l’histoire de l’implantation des écoles puis celle des laboratoires de recherche qui, en un siècle, ont remplacé jardins et vergers. Visite du bureau de Pasteur à l’École normale supérieure.

samedi 11 juin 2016 à 14 h, dimanche 12 juin à 10 h, samedi 18 juin 2016 à 14 h  

RV sur le trottoir  45 rue d’Ulm (ou sur les marches de l’autre côté de la rue) arrivée 11 rue P. et M. Curie; durée 2h

 

  • Le Quartier latin de Pierre et de Marie Curie

Sur les pas de l’étudiante  qui assiste à la construction de la  Nouvelle Sorbonne, de la  jeune Polonaise qui, aux échos des attentats anarchistes et des débuts de l’affaire Dreyfus, « s’intéresse à la politique », puis avec le couple Curie et son rêve scientifique, enfin, aux côtés de Mme Pierre Curie, redécouvrons  tout une époque qui a marqué durablement le XXe siècle.

            dimanche 19 juin 2016 à 10 h.

RV place de la Sorbonne, devant la statue d’Auguste Comte, arrivée 11 rue P. et M. Curie; durée 2h.

 Invitation au format pdf

Appel à communications – PENSER / CLASSER LES COLLECTIONS DES SOCIÉTÉS SAVANTES Journée d’étude organisée par la Société des Arts de Genève Vendredi 25 novembre 2016

appel-collections-2016_Page_1

 

 

Dans le cadre de son projet de valorisation des ressources historiques initié en 2016, la Société des Arts de Genève propose une journée d’étude autour de la thématique

« Penser / Classer les collections des sociétés savantes ».

Cette rencontre invite à s’interroger sur la constitution et les usages des collections des sociétés savantes actives en Europe à partir de la seconde moitié du 18ème siècle et tout au long du 19ème siècle, et à partager des expériences sur la manière dont elles sont conservées et valorisées de nos jours. Elle s’adresse à tous chercheurs confirmés, jeunes chercheurs, archivistes, bibliothécaires, représentants de sociétés savantes souhaitant présenter et débattre dun thème en lien étroit avec la question plus globale de la gestion du patrimoine des institutions culturelles.

 

La multiplication inédite d’institutions communément désignées par le terme générique de « sociétés savantes », dédiées à une variété de domaines dont l’émulation économique, l’histoire, les beaux-arts, la philosophie naturelle, l’utilité publique, la géographie, la médecine, l’art militaire, et tant d’autres, est un fait caractéristique des 18ème et 19ème siècles en Europe. Ce phénomène parfois qualifié de « mouvement associatif » est souvent vu comme une manifestation concrète de la diffusion de la pensée des « Lumières » et de l’apparition progressive de l’espace public. Qu’elles aient cessé d’exister ou qu’elles soient encore actives de nos jours, ces institutions disposent pour certaines d’importants fonds d’archives primaires, d’ouvrages et de revues, ainsi que de collections d’objets d’art, d’artéfacts et autres modèles réduits formant des collections plus ou moins riches et complètes selon les cas. Témoins privilégiés du développement du savoir au cours du temps, de l’histoire des institutions, mais aussi des contextes régionaux dans lesquels s’insèrent ces institutions et de leurs liens avec d’autres régions du monde, ces ressources historiques soulèvent d’importants défis pour assurer leur préservation, leur pérennisation et leur valorisation. Comment ces ressources sont-elles mises en valeur, et comment sont-elles intégrées à la recherche historique de nos jours ?

Le comité scientifique encourage les proposants à favoriser les ponts disciplinaires. Les communications peuvent concerner des institutions de la région genevoise ou étrangères.

Exemples de thèmes

Constitution, enrichissement et dissémination des collections Origines locale et globales

Mise en ordre et classifications des collections Rôles, usages et fonctions des collections

Mise en réseau des collections hier et aujourd’hui La collection comme source historique

Conservatoires, musées et bibliothèques comme dispositifs de conservation et monstration Les collections, entre sphère privée et dispositif public

Inventorier et mettre à disposition les catalogues de collections

 

Calendrier et modalités de soumission

Les propositions de communication comprenant un bref C.V., un titre et un résumé  d’environ 300 mots sont à adresser avant le 15 juillet 2016 à patrimoine@societedesarts.ch.

Les réponses parviendront fin juillet 2016 et un programme provisoire sera disponible à partir de septembre 2016.

Les communications, en français et en anglais, dureront 20 minutes et seront suivies de 10 minutes de discussion.

Participants : chercheurs confirmés, jeunes chercheurs, archivistes, représentants de sociétés savantes

 

Informations générales

Organisation :             Société des Arts de Genève

Lieu :                         Palais de l’Athénée, 2, rue de l’Athénée, 1205 Genève

Date :                        Vendredi 25 novembre 2016

 

Comité d’organisation

Etienne Lachat            Secrétaire général de la Société des Arts

Sylvain Wenger         Société des Arts

 

Comité scientifique

Sylvain Wenger, Historien-économiste, Université de Genève

Jérôme Baudry, Historien des sciences et des techniques, Université de Genève

Vincent Chenal,  Historien de l’art, Université de Genève

Françoise Dubosson,   Enseignante bibliothéconomie, Haute école de gestion de Genève

Dominique Zumkeller, Historien-économiste et ancien président de la Société des Arts

 

A propos de la Société des Arts de Genève

 La Société des Arts, fondée en 1776, est l’une des plus anciennes sociétés à but culturel de Suisse contribuant au progrès et à la promotion de l’art, de l’artisanat, de l’industrie, du commerce et de l’agriculture dans la République de Genève. Elle est à l’origine de plusieurs institutions genevoises, comme l’Ecole d’Horlogerie et l’Ecole des Beaux-Arts, et a révélé au public le talent d’un grand nombre d’artistes, parmi lesquels Barthélemy Menn et Ferdinand Hodler.

La Société des Arts offre aujourd’hui encore, à toutes les personnes intéressées par l’art, la culture ou l’économie, la possibilité de parfaire leurs connaissances et d’échanger leurs idées.

Abritée dans le Palais de l’Athénée, classé monument historique et haut lieu du patrimoine genevois, la Société des Arts accueille régulièrement les diverses activités de la Société (conférences, concerts, expositions, séminaires et réceptions) mais aussi celles de plusieurs sociétés savantes qui se réunissent en ses murs. Les salons demeurent ouverts à chacun pour l’organisation de rencontres diverses. www.societedesarts.ch

 Consciente de l’importance de ses ressources historiques (archives, bibliothèques, objets) pour l’histoire des beaux-arts, des techniques et des sciences à Genève, et soucieuse d’en assurer la conservation, la Société des Arts de Genève a initié en 2016 un projet de valorisation incluant notamment la réalisation d’un inventaire exhaustif destiné à la recherche académique et l’organisation d’actions de publicisation. www.societedesarts.ch/collections

L’appel au format pdf

 

Atelier Femmes & savoirs EHESS – séance du Jeudi 31 mars 2016

Genre et circulations des savoirs

Intervenantes : Silvia Sebastiani (EHESS, CRH) et Caroline Muller (ENS/Université Lyon2)

 

 Silvia Sebastiani Femmes « forgeuses de races » : un topos des Lumières

Résumé : Au cours des quinze dernières années, les catégories de race et de genre, et leurs relations réciproques, ont constitué un domaine d’étude prolifique. Une historiographie croissante a insisté sur le fait que race et genre se construisent ensemble et réciproquement à l’âge moderne, selon des voix qui ne sont ni linéaires ni tranchées. Dans mon exposé je m’arrêterai sur un point précis de cette relation : le regard porté par l’historiographie de Lumières britanniques sur les femmes à travers le globe. Dans ces discours, alors que les femmes européennes commencent à être considérées comme sujets d’histoire, les femmes amérindiennes et africaines sont conçues comme « forgeuses  de  races » et racialisées. L’accouchement sans douleurs, l’allaitement des enfants pendant le travail, le rapt et viol par les orangs outangs… autant des mythes qui contribuent à l’argumentaire de justification de l’esclavage.

Bibliographie :

Jennifer L. Morgan, Laboring Women: Gender and Reproduction in the New World Slavery, Philadelphia, Un. of Pennsylvania Press, 2004, ch. 1.
Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française. Paris: La Découverte, 2006
Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières (1971), with a Postface by Claude Blanckaert. Paris: Albin Michel, 1995.
Michèle Duchet, “Racisme et sexualité au XVIIIe siècle”, in Ni juif ni grec. Entretiens sur le racisme, edited by Léon Poliakov, Paris: Mouton–Ehess, 1978, pp. 127–38
Winthrop D. Jordan, White over Blacks. American Attitudes Toward the Negro, 1550–1812. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1968
Thomas Laqueur, Making Sex: Body and Gender from the Greeks to Freud. Cambridge: Harvard U. P., 1990.
Londa Schiebinger, Nature’s Body. Gender in the Making of Modern Science. Boston: Beacon Press, 1994.
Silvia Sebastiani, « L’orang-outang, l’esclave et l’humain : une querelle des corps en régime colonial », L’Atelier du Centre de recherches historiques, Revue électronique du CRH, 11 | 2013. URL : http://acrh.revues.org/5265.
Silvia Sebastiani, The Scottish Enlightenment. Race, Gender and the Limits of Progress,New York, Palgrave Macmillan, 2013.
Nancy L. Stepan, “Race and Gender: The Role of Analogy in Science,” Isis 77 (1986): pp. 261–277.
 
Réference image« An orang-utan carrying off a negro girl », coloured engraving by John Chapman, ca. 1795, after Johann-Eberhard Ihle – Wellcome Library, London, no. 39699i. Published in:
 
Carolus Linnaeus, A Genuine and Universal System of Natural History, London, 1795, vol. 2, frontispiece
 
 
silvia_sebastiani.gif
 

Caroline Muller

Direction de conscience, genre et circulation des savoirs matrimoniaux. L exemple de la correspondance Menthon – Dupanloup et du mariage de René (1860-1863)

Résumé : A propos de René, son neveu, la comtesse de Menthon écrit à son directeur de conscience Félix Dupanloup (1862) :« l’intérêt que nous mettons à son mariage est le plus puissant, entre tous les intérêts mondains qui puissent justement préoccuper des parents »Dès lors, elle s’emploie, avec l’aide de l’évêque, à trouver une future femme à René. On voit alors se dessiner toute une géographie du secret tissée autour des savoirs sur les familles et le mariage, savoirs qui se transmettent par le biais de ces réseaux de direction de conscience.

Dans cette contribution, je propose d’étudier la manière dont circulent ces savoirs matrimoniaux entre femmes dirigées et directeurs de conscience – et la façon dont les relations de direction de conscience peuvent être mises au service de la constitution d’un corpus de savoirs indispensables à l’élaboration des projets de mariage entre 1840 et 1914.

photo_S_Sebastiani.jpg

Réference image :Gallica, Femme assise accoudée à un meuble, profil droit [estampe] / Célestin Nanteuil

Bibliographie.

Sur le mariage :
Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour: l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, [Paris], Plon, 1997.
Gabrielle HOUBRE, « Les influences religieuses sur l’éducation sentimentale des jeunes filles », inFoi, fidélité, amitié en Europe à la période moderne: mélanges offerts à Robert Sauzet T. 2, Tours, Université de Tours, 1995.
Michelle Perrot, La vie de famille au XIXe siècle, Paris, Points, 2015.
Biobibliographie :
Titre de la thèse en cours : Caroline Muller,  »Les formes de direction de conscience au XIXe siècle en France » (Lyon 2/Reims)
Caroline Muller, « Ce que confessent les journaux intimes : un nouveau regard sur la confession (France, XIXe siècle) | », Circé. Histoires, Cultures & Sociétés, 2014, no 4.
A paraître en automne : «  »A quoi rêvent les jeunes filles ? » Journal intime et mariage au XIXe siècle », dans Ecrire le mariage des lendemains de la Révolution à la Belle Époque, PUR, Rennes, 2016.

Robert Doisneau, un « oeil oblique » sur les sciences, CONFÉRENCE vendredi 12 février 2016 , 19 h. Centre culturel irlandais

L’association Parcours des Sciences vous propose :

12783 Palais de la Découverte' WCONFÉRENCE vendredi 12 février 2016, 19 h.

Ginette Gablot qui fut responsable de l’exposition Doisneau chez les Joliot-Curie au Musée des arts et métiers en 2005 évoquera les nombreuses incursions du photographe dans le monde des scientifiques et des techniques.

Du radiotélescope de Nancay au cyclotron du Collège de France, des noirs et blancs lumineux du Bureau des poids et mesures aux couleurs éclatantes du four solaire d’Odeillo, des chercheurs les plus en vue aux gestes des techniciennes, de nombreux reportages oubliés.

Avec l’aimable participation d’Alice Lemaire, commissaire de la belle exposition  qui vient de se terminer Robert Doisneau, un photographe au Muséum.

En présence de Francine Deroudille qui, avec sa sœur Annette Doisneau, a fondé l’ATELIER ROBERT DOISNEAU.

Centre culturel irlandais, 5 rue des Irlandais, 75005 Paris

 

En savoir plus sur l’association

Atelier Femmes & savoirs EHESS – séance du lundi 1er février 2016

Lundi 1er février 2016 de 13h30 à 16h (au Centre Koyré, salle de séminaire 5e étage)

Espaces à l’âge moderne
Intervenante : Anna Bellavitis (GRHis, Université de Rouen/IUF)
Discutante : Antonella Romano (EHESS, CAK)

titre de l’exposé :  »Femmes, droits, travail et famille dans l’Europe moderne : Nord vs Sud?  »

Résumé :  » La recherche européenne en histoire des femmes a mis l’accent sur les liens entre droits, travail et accès à la propriété,  et s’interroge de plus en plus sur le rôle que le travail et les investissements des femmes ont pu avoir dans le développement économique des sociétés modernes. L’invisibilité du travail des femmes dans les sources quantitatives de l’époque moderne a poussé les historien-ne-s à  à interroger d’autres sources, qui ont souvent à voir avec la sphère juridique et avec les possibilités que les femmes avaient de défendre leurs droits. Une masse importante de recherches ponctuelles et d’études de cas est désormais disponible et doit être interrogée dans la perspective d’une comparaison entre les différents systèmes juridiques, et économiques d’Europe du Sud et d’Europe du Nord.  »

Presentation de l’intervenante et bibliographie : Anna Bellavitis (http://grhis.univ-rouen.fr/grhis/?page_id=545) est, depuis, 2009, professeure d’histoire moderne à l’Université de Rouen-Normandie et, depuis 2014, « membre senior » de l’Institut Universitaire de France. Spécialiste d’histoire de la société vénitienne, elle a dirigé de nombreux programmes de recherche internationaux, en collaboration avec l’École Française de Rome et des universités italiennes et françaises. Elle co-dirige actuellement le projet ANR/FNS Garzoni. Apprenticeship, Work, Society in Early Modern Venice (2015-2018) et partecipe au projet « Leverhulme Trust » Producing Change. Gender and Work in Early Modern Europe (2015-2017). Parmi ses publications: A. Bellavitis, V. Jourdain, V. Lemonnier Lesage, B. Zucca Micheletto (dir.), “Tout ce qu’elle saura et pourra faire”. Femmes, droits, travail en Normandie du Moyen Âge à la Grande guerre, Rouen, 2015; A. Bellavitis, M. Martini (eds.), Household economies, social norms and practices of unpaid market work in Europe from the sixteenth century to the present, n° mon. di “The History of the Family”, Vol. 19, No. 3, 2014; A. Bellavitis, L. Casella, D. Raines (dir.), Construire les liens de famille dans l’Europe moderne, Rouen, 2013; A. Bellavitis, L. Guzzetti (a cura di), Donne, lavoro, economia a Venezia tra Medioevo ed età moderna, n° mon. di “Archivio Veneto” 3, 2012; A. Bellavitis, N. M. Filippini, T. Plebani (a cura di), Spazi, poteri, diritti delle donne a Venezia in età moderna, Verona, 2012.1388thegameofchess6.jpg

Réference image :  Sofonisba Anguissola, Partita a scacchi, 1555, Poznàn, Museo Nazionale

Atelier Femmes & savoirs EHESS – séance du 7 janvier 2016

De la salle à manger à l’Académie
Intervenantes : Dalia Déias (EHESS, CAK) et Isabelle Lémonon (EHESS, CAK)

Im_Hev_Femme.png

Dalia Déias

 Les travaux des premiers académiciens royaux…la place des femmes, seulement sur la table de dissections ?

 

résumé :  »Je parlerai dans cet exposé des femmes et savants académiciens du Grand Siècle, en me focalisant surtout sur le contexte de l’observatoire de Paris. L’Observatoire Royal est un espace éminemment masculin : de célèbres savants académiciens y habitent, y discutent (y disputent…), y observent, y conduisent des expériences de plusieurs natures, s’y félicitent mutuellement…Mais l’observatoire, aussi bien que l’Académie, est également un lieu frontière, c’est un espace où se croisent d’autres type d’espaces : la cour du roi et ses divertissements, les espaces de la diplomatie, les autres Académies françaises ou étrangères…Les femmes -habitant ou visitant l’Observatoire de manière plus discrète et silencieuse- sont parmi les acteurs qui naviguent aisément dans et entre  tous ces mondes. Bien qu’elles ne soient pas toujours des femmes savantes (ou, du moins, des femmes savantes reconnues officiellement par une institution du savoir en tant que productrices de sciences), elles réussissent quand même à trouver un rôle à l’intérieur des activités de ce lieu et à contribuer de plusieurs manières à la circulation de la production académique… »

 

Référence image : Johannes et Elizabeth hevelius, mari et femme au travail dans leur observatoire, in Johannes Hevelius, Machinae coelestis (Danzig : Reiniger, 1673), 223

Sur la notion d’espace (et de régimes de spatialité) en relation avec l’observatoire : David Aubin,  »L’observatoire. Régimes de spatialité et délocalisation di savoir, » in Histoire Des Sciences et Des Savoirs, Vol. 2: Modernité Et Globalisation, Kapil Raj et Otto Sibum (dir.) (Paris: Le Seuil, 2015), 55-72

Bibliographie pour l’exposé :

Justine Ancelin, Science, académisme et sociabilité savante : édition critique et étude du Journal de la vie privée de Jean-Dominique Cassini, 1710-1712, diplôme de l’Ecole nationale des Chartes d’archiviste paléographe, 2011

Anna Cassini,  »Presenze femminili nella vita di Giovanni Domenico Cassini », in Giornale di astronomia : rivista di informazione cultura e didattica della Società Astronomica Italiana 38 (2012), 22-29

Françoise Launay, « La tête de femme de la carte de la Lune de Cassini » L’Astronomie 117 (2003), 10-19

 

Poncelet_3.jpg

Isabelle Lémonon

De l’espace domestique à l’espace académique : le cas des calculatrices de Jérôme Lalande

 

Jérôme Lalande (1732-1807), célèbre astronome au 18e siècle, membre de l’Académie des sciences de Paris, et professeur au Collège royal, employa tout au long de sa carrière de plus de 50 ans, plusieurs « calculatrices » en astronomie : Nicole Reine Lepaute, Marie Louise Du Pierry et Marie Jeanne Lefrançois de Lalande. Dans cet exposé, je m’intéresserai aux espaces de production des savoirs, investis par ses femmes lors de leur collaboration avec Jérôme Lalande : Où travaillaient-elles ? Étaient-elles confinées à leurs seuls espaces domestiques, ou avaient-elles accès aux espaces institutionnels tels que, par exemple, l’Observatoire de Paris ou le Collège royal ? Quels matériels (d’observation, de calcul, de tracé…) utilisaient-elles au sein de ces espaces ?

J’interrogerai aussi les espaces de circulation de leurs travaux, afin de mettre en évidence la dynamique de production des savoirs astronomiques qui s’établit entre les espaces domestiques et les espaces académiques.

 

Bibliographie :

– Schiebinger, Londa, « Maria Winkelmann at the Berlin Academy: A Turning Point for Women in Science », Isis 78, no 2 (1987), p. 174 200.

– Cooper, Alix. « Homes and Households », in The Cambridge History of Science, vol.3 (2006), Early Modern Science, Cambridge University Press. (dir :Katharine Park and Lorraine Daston), p. 224 237

– Opitz, Donald L., Staffan Bergwik, et Brigitte Van Tiggelen, Domesticity in the Making of Modern Science, Palgrave Macmillan, 2015

– Gravure tirée de P.Poncelet, La chimie du goût et de l’odorat, Paris, 1755

Atelier Femmes & savoirs EHESS – séance du 3 décembre 2015

Séance 2/3 : jeudi 3 décembre  2015 de 14h à 17h, Centre Alexandre Koyré

5eme étage gauche, salle du séminaire

En raison de l’annulation de la 2e séance de l’atelier, nous vous proposons une séance un peu plus longue (de 14h à 17h) qui débutera par une introduction à la notion d’espace en sciences sociales par Juliette Lancel et Isabelle Lémonon (environ 1h), et sera suivie par l’intervention de Juliette Lancel, discutée par Sylvie Steinberg.

Afin de faciliter les discussions concernant la notion d’espace, vous trouverez ci- joint une bibliographie très succinte : C. Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Open Edition Press (https://books.openedition.org/oep/423) – C.W.J Withers, Place and the « Spatial Turn » in geography and in history, Journal of the history of the ideas, vol 70, n°4, 2009, p. 637-658

Deesse_de_la_nuit_venant_trouver_la_molesse_Chauveau.jpg

Le monde des rêves au prisme du genre

Le monde des rêves peut-il être considéré comme un espace de savoir ? La tradition oniromancienne (c’est-à-dire de divination par les rêves) use souvent d’une symbolique spatiale pour évoquer  les rêves. Cette tradition se poursuit de l’Antiquité à nos jours à travers ces ouvrages d’interprétation que sont les clés des songes. Or, aux XVIIe et XVIIIe siècles, la croyance aux songes tend à se redéfinir. Les femmes sont alors présentées, dans différents discours sur le rêve, comme des cibles privilégiées de la croyance au songe. Le but de cette intervention sera de discerner, à travers des écrits dans lesquels les femmes n’apparaissent qu’en creux, les usages des représentations genrées. On se penchera également sur ce que peut vouloir dire, durant cette période, interpréter les rêves d’une femme.

Intervenante : Juliette Lancel (EHESS, CAK)
Discutante : Sylvie Steinberg (EHESS)

CORBIN, Alain, L’harmonie des plaisirs: Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie. Paris, 2008.

DUMORA, Florence, L’œuvre nocturne. Songe et représentation au XVIIe siècle, Paris, 2005.
FOUCAULT, Michel, Histoire de la sexualité (T.3), Paris, 1984.
GAUTIER, Jean-Luc (dir.),Rêver en France au XVIIe siècle, Revue des sciences humaines,n°211, Lille, juillet-septembre 1988.

Rejoindre l’espace dédié au séminaire

Consulter le programme sur le site de l’Ehess

Appel à contributions sur le Patrimoine industriel de la chimie VALPASTI – Club d’Histoire de la Chimie/Société chimique de France

 

Dans le cadre d’un projet de numéro spécial de la revue du CILAC Patrimoine Industriel dédié au « Patrimoine industriel de la chimie » (déc. 2016), l’association VALPASTI et le Club d’histoire de la Chimie de la Société chimique de France souhaitent faire connaître des sites et objets pouvant relever de ce patrimoine.  Ces signalements concernent le patrimoine chimique dans toute la diversité de cette industrie et sous toutes ses formes :

– Traces matérielles d’un patrimoine disparu

–> restes de bâtiment et/ou équipements

–> plaques commémoratives, noms de rue, autres éléments de mémoire

 

– Patrimoine ancien et futur subsistant sur des sites en activité

–> identifier les bâtiments et/ou équipements anciens « signifiants »

–> repérer les bâtiments et/ou équipements à vocation patrimoniale pour le futur

 

– Conservation, réhabilitation, reconversion d’un patrimoine industriel

–> conservation : archives, collections, ouvrages, photos/films

–> musées

–> reconversion de bâtiments et/ou équipements d’usines

–> reconversion/réaménagement de cités ouvrières.

 

Les signalements d’objets ou de sites patrimoniaux proposés pour présentation dans le numéro spécial sont à envoyer avant le 15 janvier 2016 sous la forme d’un descriptif, accompagné dans la mesure du possible de photographies et/ou d’une URL. Les personnes intéressées à rédiger un article de quelques pages sur ces sites ou objets sont également invitées à envoyer un  résumé (1 500 signes maximum) avant le 15 janvier 2016.

Après  accord du comité mixte de rédaction VALPASTI/Club d’histoire de la Chimie de la Société chimique de France qui précisera le format alloué,  le texte des contributions sera à remettre au plus tard fin avril 2016.

 

Contact :         VALPASTI Métallurgie rhodanienne 60, avenue Jean Mermoz 69008 LYON

m.cisse@metallurgie.org

 

Journée d’étude « Edmond Becquerel et la naissance de la photographie couleur » Jeudi 10 décembre 2015, Muséum national d’histoire naturelle, Paris 5ème

En 1848, Edmond Becquerel, suppléant de la chaire de physique appliquée puis professeur de physique au Muséum d’histoire naturelle à Paris, présente un procédé original de photographie en couleur sur plaque argentée. Ces premières images « photochromatiques » aux couleurs particulières restent sensibles à la lumière et doivent être conservées dans l’obscurité malgré les améliorations du procédé apportées par Abel Niépce de Saint Victor. Rares sont celles qui nous sont parvenues, d’autant que le succès du procédé fut mitigé à une époque où la photographie sur papier connaît un véritable essor.

Cette journée d’étude, ouverte à toutes et tous, est dévolue à l’image photochromatique, à ses inventeurs et au contexte scientifique et culturel de cette invention.

Les présentations seront consacrées à Edmond Becquerel et à son procédé ; elles conduiront à discuter la nature même des couleurs qui reste à définir plus précisément. L’invention sera remplacée dans une filiation historique des recherches et des pratiques sur la photographie couleur depuis Louis-Jacques-Mandé Daguerre jusqu’à Louis Lumière et sera analysée sous l’éclairage artistique et technique de l’époque.
Téléchargez ici le programme prévisionnel.

Cette journée est ouverte à toutes et tous, étudiants, chercheurs, ingénieurs, techniciens, qu’ils soient scientifiques de la conservation, historiens de l’art, historiens des techniques, philosophes, s’intéressant à la photographie couleur.

 

pour en savoir plus

Séminaire annuel Ehess Femmes et savoirs : espaces, frontières, marges

 
Responsables : Valérie Burgos, Dalia Deias, Juliette Lancel, Isabelle Lémonon
Périodicité : un jeudi par mois environ, de 14h00 à 16h30 (sauf la séance du lundi 1er février 2016)
Lieu : Centre Alexandre Koyré, salle de séminaire, 5e étage ou EHESS, Bâtiment France, Salle du Conseil (séances du 12 mai et 16 juin 2016)
Cet atelier proposé par des doctorantes du Centre Alexandre Koyré, se veut un lieu de réflexion collective, entre chercheurs, doctorants, et post-doctorants, sur le rôle des femmes dans la production et la circulation des savoirs. Son objectif n’est pas de dresser un à un les portraits de femmes savantes, mais d’aborder par le biais de quelques exemples des problématiques aussi bien méthodologiques que thématiques qui se présentent lors de telles recherches. Pour cette deuxième année, l’atelier questionnera la notion d’espaces.
Celle-ci est équivoque lorsqu’on aborde des problématiques liées au concret, à la géophysique, et elle se complexifie encore lorsqu’on y introduit des propriétés économiques, sociales, culturelles…. « Sans référence à l’espace physique, des propriétés sociales permettent d’accéder à des systèmes consistant en des abstractions de dimensions sociétales » (Bernard Michon et Michel Koebel, Pour une définition sociale de l’espace). L’espace se révèle alors être un système de positions et de relations de positions. Bourdieu explique que « l’espace social, c’est l’espace des positions sociales, c’est l’espace des pratiques sociales, c’est l’espace des styles de vie ». L’atelier explorera cette année différents espaces physiques et/ou sociaux, particulièrement pertinents quant à l’analyse de la production et la circulation des savoirs par les femmes au sein et “entre” ces espaces (les observatoires, les salons, les monastères, les journaux, l’espace public…). La dynamique intra et inter espaces sera étudiée à la lumière de leur historicité, introduisant ainsi les questions de frontières et de marges. Un des objectifs sera de s’interroger sur la manière dont ces espaces sont genrés.
Cette analyse permettra de mieux situer les rôles endossés par les femmes dans l’entreprise de production des savoirs, de délimiter la frontière de leur participation à cette entreprise, de comprendre leurs stratégies d’accession et de participation au monde savant, et de mettre en relief les va-et-vient de ces savoirs d’un espace à l’autre. Les femmes sont-elles intégrées aux « espaces masculins » du savoir, se situent-elles à leurs frontières, créent-elles leurs propres espaces, ou sont-elles encore situées à la marge ?
L’atelier tentera également d’appréhender les discours sur les femmes dans et entre ces différents espaces. Comment participent-ils à l’élaboration d’un savoir sur les femmes et/ou sur le féminin ? Comment ce savoir est-il perçu par les femmes : assimilation, résistance, détournement, réappropriation ?
Contact : femmesetsavoirs@sciencesconf.org
Programme 
Jeudi 8 octobre 2015 : Introduction 1 : Genre : discours et réalités dans les espaces du savoir
Intervenante : Anne Sophie Godffroy (Paris 4, Sciences, normes et décisions)
Jeudi 5 novembre 2015 : Introduction 2 : Les espaces en sciences sociales. Appréhender les marges.
Jeudi 3 décembre 2015 : Le monde des rêves au prisme du genre
Intervenante : Juliette Lancel (EHESS, CAK)
Jeudi 7 janvier 2016 : De la salle à manger à l’Académie
Intervenantes : Dalia Déias (EHESS, CAK) et Isabelle Lémonon (EHESS, CAK)
Lundi 1er février 2016 : Espaces à l’âge moderne
Intervenante : Anna Belavitis (GRHis, Université de Rouen/IUF)
Discutante : Antonella Romano (EHESS, CAK)
• Jeudi 24 mars 2016 : Genre et circulations des savoirs
Intervenantes : Silvia Sebastiani (EHESS, CRH) et Caroline Muller (ENS/Université Lyon2)
• Jeudi 7 avril 2016 : D’une cour à l’autre
Intervenante : Caroline Zum Kolk (Institut d’études avancées, Paris)
• Jeudi 12 mai 2016 : L’espace vu d’Asie ( à l’EHESS, bâtiment France)
Intervenants : Daniel P. Morgan (Paris7, SPHERE) et Lisa Indraccolo (Université de Zurich)
• Jeudi 19 mai 2016 : Académies à l’époque moderne : les femmes à la marge ?
Intervenante : Maria Pia Donato (IHMC, CNRS-ENS-Paris 1)
• Jeudi 2 juin 2016 : Pénétrer l’espace masculin (1ere partie)
Intervenantes : Valérie Schafer (CNRS, ISCC) et Valérie Burgos (EHESS, CNRS, CAK/CERMES 3)
• Jeudi 16 juin 2016 : Pénétrer l’espace masculin (2e partie) (à l’EHESS, bâtiment France)
Intervenantes : Charlotte Poupon (Université d’Artois, I DREAMT) et Audrey Millet (Paris8, IDHE)

L’espace dédié au séminaire : http://femmesetsavoirs.sciencesconf.org/

Exposition Usines de guerre. Vivre et produire à l’arrière du front

 se tient en ce moment à la Mairie du 15e arrondissement de Paris (31 rue Péclet, métro : Vaugirard).
Organisée par le Centre d’archives historiques du groupe PSA
Peugeot-Citroën avec nos collègues de l’Université de technologie de Belfort-Montbéliard et de l’Université d’Evry, et labellisée par la
Mission du Centenaire, elle est ouverte de 9 h à 17 h (le jeudi jusqu’à
19 h 30).

source : liste histoire_eco, Patrick Fridenson

Exposition «Usines de guerre» à la Mairie du 15e

A l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale et de la construction des usines André Citroën quai de Javel,  la Mairie du 15e accueille du 24 avril au 7 mai l’exposition « Usines de guerre : vivre et produire à l’arrière du front » proposée par le Centre d’archives historiques de PSA Peugeot Citroën. Le public pourra découvrir des documents historiques et photographies exceptionnelles extraits des fonds patrimoniaux du groupe PSA Peugeot Citroën et de ses partenaires.

 

Usines de guerre : vivre et produire à l’arrière du front

L’exposition est organisée autour de trois axes : les besoins des nations en guerre, l’organisation de l’économie de guerre et les populations ouvrières à l’arrière du front.  Réalisé par le laboratoire IDHES-Evry de l’Université d’Evry-Val-d’Essonne, le film Usines en guerre : Citroën 1914-1918, sera présenté en exclusivité.

 

1914 – 1919 : de l’usine de guerre à la marque automobile

Dès 1914, le gouvernement français appelle l’ensemble de la population à participer à l’effort de guerre. Tandis qu’une part de la main d’œuvre et des dirigeants est mobilisée dans les armées, les entreprises industrielles privées doivent répondre aux besoins matériels militaires et produire en masse de l’armement et des fournitures. Les usines André Citroën sont alors construites dans le 15e.

André Citroën y est déjà bien implanté avec les établissements des Engrenages CITROËN (quai de Grenelle) et des Automobiles MORS (rue du Théâtre). En février 1915, suite à l’obtention d’un important marché pour la fourniture d’obus de 75 mm, il entreprend la construction de nouvelles usines dédiées à la fabrication en série de ce type de munition. En quelques mois, au cours de l’année 1915, d’anciens bâtiments industriels sont reconvertis et de nouveaux ateliers érigés sur des terrains maraîchers du quartier de Javel. La fabrication y est organisée selon les méthodes de production américaines décrites par Frederick Winslow Taylor.

Grâce aux agrandissements successifs menés en 1916 et 1917, les usines occupent plus de douze hectares à la fin de la Guerre. Elles deviennent le plus vaste ensemble industriel jamais construit dans Paris : des usines modèles pour leur organisation et leurs œuvres sociales. Après l’armistice, l’arrêt des commandes de munitions entraîne la reconversion des usines.

Les automobiles CITROËN, premières automobiles européennes construites en grande série, naissent en 1919 de cette reconversion.

Séminaire femmes et savoirs : productions, circulation, représentations XVIIe-XXe Séance du Jeudi 9 avril 2015 : Circulations savantes au XVIIIe siècle. Les femmes en tant que lectrices de journaux savants, traductrices et productrices de savoirs

Prochaine séance de l’atelier des doctorantes du Centre Alexandre  Koyré  pour l’année 2014-2015

 Femmes et savoirs, production, circulation, représentations (XVIIe -XXe siècles)

 Séance 7 : jeudi 9 avril 2015 de 14h à 16h30 environ, Centre Alexandre Koyré,

5eme étage gauche, salle du séminaire.

 

Thème du jour : Circulations savantes au XVIIIe siècle. Les femmes en tant que lectrices de journaux savants, traductrices et productrices de savoirs

Invités : Jeanne Peiffer (CAK, CRHST), Délimitation de la science et construction de genre dans le Mercure suisse

Patrice Bret (CAK, CNRS – EHESS – MNHN), Les traductrices de sciences dans les journaux savants français à la fin du XVIIIe siècle

Discutante : Isabelle Lémonon (doctorante EHESS, CAK)
Cette séance sera consacrée aux circulations savantes en choisissant comme principal vecteur les journaux savants (dont les premiers titres datent de 1665). Dans une première partie, assurée par Jeanne Peiffer, on choisira les publics comme horizon d’approche. Les premiers périodiques savants prétendent tous s’adresser à un double public de curieux et de savants, mais tous ont parfois du mal à trouver un équilibre entre les deux. Nous nous intéresserons aux traductions concrètes des choix éditoriaux qu’implique cette double adresse : rubriques séparées, types d’information, langages utilisés en fonction du public, etc. Le Mercure suisse (des années 1730) fournira un bel exemple de construction de genre qui se superpose à celle de la science et de ses limites. Dans la seconde partie, assurée par Patrice Bret, on examinera l’investissement croissant des femmes dans les journaux savants français à la fin de l’Ancien Régime et sous la Révolution. L’exposé concernera leurs différents modes d’intervention et d’expression mais s’arrêtera principalement sur le cas des traductrices de chimie et de minéralogie, leur rôle dans la circulation des savoirs et leur visibilité/invisibilité dans la République des Lettres, notamment au travers de la question de la signature, du paratexte éditorial et de la correspondance des savants.

Vous trouverez des éléments de bibliographie et le programme complet sur  http://femmesetsavoirs.sciencesconf.org/

Pour des questions de logistique, nous prions celles et ceux qui souhaiteraient assister au séminaire de s’inscrire sur la plateforme Scienceconf.

 

Pour l’équipe organisatrice,

Valérie Burgos, Dalia Deias, Juliette Lancel, Isabelle Lémonon

Séminaire femmes et savoirs : productions, circulation, représentations XVIIe-XXe Séance du Jeudi 5 mars 2015 : Que produisent les femmes ? 2e partie, les inventrices

Que produisent les femmes ? 2e partie, les inventrices

 

Les brevets déposés par les femmes au XIXe : Rôle des femmes dans la production des savoirs depuis le XVIIe : problématiques, méthodologies, thématiques

par Anne Chanteux (Doctorante EHESS-Centre Alexandre Koyré),

Discutant : Gabriel Galvez-behar (Lille 3)

 

 Lieu de la séance :  Centre Alexandre Koyré, 5eme étage gauche, salle du séminaire.

 

Bibliographie indicative

Anne Chanteux, « Les inventives. Femmes, inventions et brevets en France à la fin du XIXe siècle », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 17 | 1er semestre 2009, mis en ligne le 28 décembre 2010, consulté le 02 mars 2015. URL : http://dht.revues.org/519

 

Anne Chanteux, « Femmes, brevets et inventions en France », in Fabien Knittel, Pascal Raggi (dir.), Genre et Techniques (XIXe-XXIe siècle), PU Rennes, coll. « Histoire », 2013, 274 p

 

Tout savoir sur le séminaire

Offre de stage : STAGIAIRE EN COMMUNICATION SCIENTIFIQUE

 L’association Parcours des Sciences

Lieu du stage / présentation de la structure

Notre association, créée en 1998, a pour objectif de rapprocher science et culture, science et société.

Il existe bien des promenades gourmandes, qui permettent d’admirer les vignobles et en chemin de découvrir le travail des spécialités et leurs productions…La recherche scientifique a ses propres paysages, ses hauts lieux : laboratoires et amphithéâtres, ses monuments, ses mécènes bâtisseurs, ses architectes et ses artistes qui honorent la science et la mémoire des grands noms. Autant d’occasions d’évoquer une histoire trop méconnue et de faire le lien avec l’activité scientifique actuelle.

 

En partenariat avec les établissements d’enseignement et de recherche l’association Loi 1901 Parcours des Sciences développe des actions telles que :

  • visites-commentées, des conférences (« les parcours en images »,
  • ateliers d’animation
  • édition de guides thématiques permettant une visite libre ;
  • conseil et expertise pour le montage d’expositions temporaires…

Site : www.parcoursdessciences.fr

 

Association PARCOURS DES SCIENCES

292 rue Saint-Martin

75003 Paris

www.parcoursdessciences.fr

 

Votre mission comprendra :

Dans le cadre d’un projet de visite commentée de 2 heures sur l’histoire économique et industrielle des quartiers entourant le Conservatoire des arts et métiers et les relations tissées avec cette institution, sur la base d’une première recherche menée par le chef de projet, finalisation du trajet sur le terrain et élaboration du propos

  • Evaluation sur le terrain
  • La relecture, la correction et l’enrichissement de documents iconographiques,
  • Etablissement d’un dossier de presse
  • Réalisation de ce « parcours » pour les Journées du patrimoine et la Fête de la science

 

Profil :

Formation historique ou scientifique avec fort intérêt pour l’histoire urbaine économique et industrielle,

  • Excellentes capacités de rédaction et de synthèse d’informations multiples et complexes
  • Rigueur
  • Organisation personnelle méthodique,
  • Bon relationnel – Esprit d’équipe

 

Statut stagiaire avec une rémunération selon profil.

 

Stage conventionné d’une durée 3 mois démarrant en avril (à préciser)

 

Merci d’envoyer lettre de motivation et CV à :

Ginette Gablot

Parcoursdes.sciences@laposte.net

Parcours des sciences

292 rue Saint-Martin

75003 Paris

« Femmes de Science sur Wikipédia » Journée de contribution A la Cité des sciences et de l’industrie SAMEDI 7 MARS 2015, 9h-18h30

Réservez la date

SAMEDI 7 MARS 2015, 9h-18h30

A la Cité des sciences et de l’industrie

« Femmes de Science  sur Wikipédia »

Journée de contribution

 En 2015, la Fondation L’Oréal, Universcience et Wikimédia France continuent à s’engager avec passion et détermination pour promouvoir la place des femmes dans les sciences et les technologies.

En 2014, deux éditions « Femmes de science sur Wikipédia » se sont tenues à la bibliothèque de la Cité des sciences et de l’industrie.

Grâce à celles et ceux qui ont participé, Marthe Gautier, à l’origine de la découverte de l’anomalie génétique responsable de la trisomie 21 est sortie de l’ombre. Des personnalités scientifiques historiques sont désormais plus visibles, telles que Rosalind Franklin, biologiste, Jeanne Dumée, astronome du XVIIème siècle, Ellen Gleditsch, cristallographe norvégienne qui a collaboré avec Marie Curie. Mais aussi des scientifiques contemporaines : Françoise Balibar, physicienne et historienne de la physique, Cecilia Bouzat, chercheuse argentine en neurosciences, et lauréate du Prix  L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science.

Peu à peu, le nombre de femmes qui contribuent à Wikipédia, l’encyclopédie en ligne libre et universelle la plus consultée au monde, augmente. Mais elles ne représentent encore que 13% du total des contributeurs….

Ces journées sont essentielles pour rendre plus visibles les femmes de sciences sur internet. Nous comptons sur vous !

INSCRIPTIONS DES MAINTENANT : Formulaire et contact

Séminaire annuel – Femmes et savoirs : production, circulation, représentations (XVIIe-XXe siècle)

Affiche séminaire femmes et savoirs-light2_Page_1

Jeudi de 14 h à 16 h 30

Centre Alexandre-Koyré, 27 rue Damesme (5e étage) 75013 Paris

Ce séminaire proposé par des doctorantes du Centre Alexandre Koyré, se veut un lieu de réflexion collective, entre chercheurs, doctorants, et post-doctorants, sur le rôle des femmes dans la production des savoirs depuis le XVIIe siècle. Son objectif n’est pas de dresser un à un les portraits de femmes savantes, mais d’aborder par le biais de quelques exemples des problématiques aussi bien méthodologiques que thématiques qui se présentent lors de telles recherches. Pour cette première année d’existence, le séminaire examinera des questions relativement larges qui permettront ensuite d’approfondir une problématique donnée.

Programme 

 

Jeudi 27 novembre 2014 : Quelle place pour le genre dans l’histoire des savoirs ?

Invitée :  Delphine Gardey (Université de Genève)

Discutante : Sylvie Steinberg (Université de Rouen)

 

Jeudi 4 décembre 2014 : Où sont les femmes ? 1e partie, Les sources “non conventionnelles”

Invitée : Natalie Pigeard-Micault (Musée Curie)

Discutante : Valérie Burgos  (doctorante EHESS- Centre Alexandre Koyré)

 

Jeudi 8 janvier 2015 : Où sont les femmes ? 2e partie, Les sources écrites

Invitées : Ginette Gablot (Ingénieure CNRS honoraire), Emmanuelle GIRY (Archives nationales)

Discutante : Valérie Burgos  (doctorante EHESS- Centre Alexandre Koyré)

 

Jeudi 5 février 2015 : Que produisent les femmes ? 1ere partie, les auteures

Invitées : Marta Cavazza (Università di Bologna), Clara Silvia Roero (Università di Torino)

Discutante : Dalia Déias (doctorante EHESS- Centre Alexandre Koyré)

 

Jeudi 5 mars 2015 : Que produisent les femmes ? 2e partie, les inventrices

Invitée : Anne Chanteux (Doctorante EHESS-Centre Alexandre Koyré),

Discutant : Gabriel Galvez-behar (Lille 3 – sous réserve)

 

Jeudi 19 mars 2015 : Femmes invisibles : la question des sources dans l’histoire des rêves

Invitée : Jacqueline Carroy  (EHESS, CAK )

Discutante : Nicole Edelman (Université de Paris Ouest, Nanterre La Défense)

 

Jeudi 9 avril 2015 : Quelle circulation ? Journaux savants et traductions

Invités : Jeanne Peiffer (CAK, CRHST), Patrice Bret (CAK/CNRS-EHESS-MNHN)

Discutante : Isabelle Lémonon  (doctorante EHESS- Centre Alexandre Koyré)

 

Jeudi 28 mai 2015 : Les femmes et les institutions du savoir

Invités : Martine Sonnet (CNRS/ENS/Paris I), David Aubin (IMJ-PRG, UPMC)

Discutante : Dalia Deias (doctorante EHESS- Centre Alexandre Koyré)

 

Jeudi 18 juin 2015 : Femmes savantes et représentations

Invitée : Aude Fauvel (IUHMSP)

Discutante : Juliette Lancel  (doctorante EHESS- Centre Alexandre Koyré)

En savoir plus sur http://femmesetsavoirs.sciencesconf.org/

Inscription souhaitée pour des questions de logistique femmesetsavoirs@sciencesconf.org

Programme sur le site Ehess

Séminaire annuel Ehess Femmes et savoirs – conférence de Pnina G. Abir-Am (WSRC, Brandeis University, USA) Jeudi 29 septembre

Nous avons le plaisir de vous annoncer la reprise de l’atelier de doctorantes du Centre Alexandre Koyré pour l’année 2016-2017 :

   Femmes et savoirs. Pratiques et pouvoir.

Cette année, les séances de l’atelier auront lieu un vendredi par mois de 9h30 à 12h, au Centre Alexandre Koyré (Salle de séminaire du 5e étage, 27 rue Damesme, 75013 PARIS). Le programme sera bientôt disponible sur http://femmesetsavoirs.sciencesconf.org/

 

En ce début d’année, nous recevons Pnina Abir-Am (WSRC, Brandeis University, USA), le jeudi 29 septembre 2016 de 14h à 16h30 (créneau exceptionnel) au Centre Koyré (salle du 5e étage) dont la présentation est détaillée dans le document joint : 

 

Dorothy C. Hodgkin’s (1910-1994) subtle exercise of power in and out of science: From an Empire of the Dispossessed to a sole Nobel, Pugwash, and Perestroika.

 pnina-abir-am-final-abstract-9-29-16-_page_1 pnina-abir-am-final-abstract-9-29-16-_page_2

Pour une histoire de la sociabilité technique, industrielle et scientifique