Archives par mot-clé : femmes

AAC – Gouverner les sciences et les techniques, gouverner par les sciences et les techniques : quels enjeux pour les femmes ? (fin XIXe siècle – début XXIe siècle) – 29-30 juin 2020 Moscou (Russie)

L’histoire des femmes dans les sciences et les techniques a fait l’objet d’un véritable renouveau historiographique ces dernières années. Les travaux réalisés ont notamment montré que leur présence dans ces domaines, si elle s’était renforcée à partir de la fin du xixe siècle, était loin d’avoir été le résultat d’un processus continu et inéluctable : leur accession a été difficile et réversible, avec le maintien d’importantes discriminations jusqu’à nos jours.

Ce colloque souhaite participer à ce mouvement historiographique en s’intéressant peut-être moins aux femmes dans les sciences et les techniques en tant qu’actrices de pratiques situées qu’en se focalisant sur une dimension qui fait l’objet d’une préoccupation croissante de nos jours : à savoir la place et le rôle des femmes dans le gouvernement des sciences et des techniques, et dans le gouvernement par les sciences et les techniques.

Ce colloque veut ainsi comprendre et historiciser les mécanismes variés et cumulatifs qui ont déterminé – bloqué, freiné, voire favorisé – la carrière des scientifiques et des ingénieures et leur accession à de hautes responsabilités, et ceci depuis la fin xixe siècle quand elles ont commencé à investir les sphères scientifiques et techniques du fait de l’essor de la scolarisation des filles. Paradoxalement, si ces domaines ont été des creusets de l’idéologie du progrès et de l’émancipation, les femmes y sont restées en position subordonnée : aujourd’hui encore, elles ne sont pas si nombreuses à y occuper des postes de direction et d’autorité. Mais se poser la question de leur accès aux instances de gouvernement des sciences et des techniques nécessite de se donner une perspective large qui, tout en évitant l’écueil de la collection de biographies, analyse par quels moyens les femmes, faute d’accès à ces instances, sont tout de même parvenues à peser sur le gouvernement des sciences et des techniques – que ce soit par leurs travaux ou en investissant des lieux périphériques. Cela suppose en retour de s’interroger sur les politiques déployées par des acteurs variés pour promouvoir les femmes dans ces domaines et vaincre les résistances rencontrées : il convient d’analyser le rôle joué par les sciences et les techniques en tant que ressources pour des politiques actives à l’endroit des femmes.

Ce colloque entend donc étudier un double mouvement, avec des femmes à la fois sujets et objets du gouvernement des sciences et des techniques.

 

*

 

Tous les domaines scientifiques et techniques peuvent être abordés, des mieux établis à ceux qui l’ont progressivement été au cours du xxe siècle et où la place des femmes a pu changer, l’aérospatial, le nucléaire et l’informatique en particulier. De même, toutes les aires culturelles et/ou tous les régimes politiques (libéraux et autoritaires) sont susceptibles d’être étudiés. L’exemple de la Russie où, au lendemain de la révolution d’Octobre, les bolcheviks affirmaient vouloir émanciper les femmes, tandis qu’ils prétendaient fonder leur projet de transformation sociale sur les savoirs scientifiques et techniques, signale tout l’intérêt qu’il peut y avoir à décentrer le regard et à comparer les aires culturelles et/ou les régimes politique – la comparaison devrait en retour nous autoriser à questionner les clivages nationaux, culturels et/ou politiques.

Différentes pistes de travail sont envisageables.

La première porte sur les femmes ayant accédé à des postes de direction : la formation scientifique ou technique reçue, leur carrière, et ce qui leur a permis d’accéder à des fonctions élevées dans l’éducation, la recherche ou l’industrie. Ainsi, en Grande-Bretagne, le cas de la biochimiste Marjory Stephenson, première femme à accéder à la Royal Society en 1945, alors que les barrières légales de l’accès aux sociétés savantes et à l’université avaient été supprimées en 1919, montre la résistance de la Royal Society à faire évoluer des statuts discriminatoires, ainsi que le rôle des critiques adressées dans la presse dans leur levée en 1943. Le questionnement ne porte pas que sur l’absence ou la présence des femmes, il concerne aussi le fonctionnement des institutions scientifiques et techniques, y compris dans les nominations : c’est s’attacher à caractériser le « plafond de verre » auquel les scientifiques et ingénieures se sont heurtées et à identifier les formes historiques et concrètes qu’il a pris. L’interrogation concerne enfin la manière dont les femmes ont cherché à contourner les difficultés qu’on leur a opposées dans les lieux légitimes de production et d’enseignement des sciences et des techniques en investissant d’autres espaces, telles les associations et les sociétés savantes.

Une deuxième piste peut être de se demander si les scientifiques et les ingénieures, une fois à des postes de direction, ont mis en œuvre des politiques spécifiques. Cette question d’un gouvernement typiquement féminin des sciences et des techniques est épineuse. Déjà soulevée dans l’historiographie à propos de la production des savoirs, elle a montré ses limites. Cependant, l’exemple de la chimiste Ida Maclean qui, après avoir été nommée assistant lecturer au département de chimie de l’université de Manchester en 1906, est devenue en 1920 la première femme à accéder à la London Chemical Society où elle a poursuivi son engagement de longue date en faveur des femmes à l’université, invite à porter l’attention sur au moins deux phénomènes. Le premier a trait aux mesures prises au sein des institutions scientifiques et techniques pour y améliorer la situation des femmes. Le second concerne les problèmes mis en avant par les femmes ayant accédé à des fonctions élevées : il s’agit de voir si elles ont soulevé des problèmes négligés ou non vus par les hommes et quelles actions elles ont lancées sinon pour les résoudre, du moins pour les traiter.

Une troisième piste vise à analyser comment différents protagonistes ont eu recours aux sciences et aux techniques pour remédier aux inégalités de genre dans la société. L’historiographie a souligné combien les savoirs – en particulier ceux issus de la biologie, mais pas seulement – avaient reproduit les préjugés de genre et naturalisé les inégalités entre les hommes et les femmes. Toujours dans la perspective de sonder la neutralité des sciences, l’interrogation porte toutefois ici plutôt sur la manière dont les savoirs ont pu contredire les stéréotypes et les normes de genre, et ceci en vue de comprendre comment on les a utilisés pour mettre en œuvre des politiques en faveur d’une meilleure reconnaissance statutaire et/ou salariale des femmes. Le cas certainement le mieux connu est celui des États-Unis où, avec la discrimination positive instaurée en 1967 pour les étudiantes comme pour les enseignantes, les universités sont devenues des lieux d’action et de réflexion pour les mouvements féministes. Mais l’État n’a pas été le seul acteur à œuvrer pour les femmes dans la société : des fondations et des grandes entreprises l’ont fait et continuent de le faire. À travers l’étude de ces initiatives, il doit aussi s’agir d’éclairer comment s’est construite l’articulation entre savoirs scientifiques, reconnaissance statutaire et redistribution économique. Lorsque ces initiatives ont coexisté avec des mesures d’émancipation visant d’autres groupes sociaux, il faudra tâcher d’analyser comment elles ont pu s’entrecroiser.

Une dernière piste a trait à la mise en récit de la réussite des femmes dans les sciences et les techniques. Le but est d’étudier non seulement comment les commentateurs la décrivent et l’expliquent, mais aussi comment des scientifiques et des ingénieures qui ont atteint des positions élevées le font elles-mêmes. Car il apparaît que la mise en récit de ces trajectoires par les hommes et les femmes mobilise souvent des motifs clairement sexués. Or ces discours ne sont pas sans incidence sur les préjugés et les stéréotypes de genre, que ce soit dans le sens de leur consolidation ou au contraire de leur déconstruction. Par exemple, les portraits de la mathématicienne Sofia Kovalevskaïa ont tantôt insisté sur ses qualités d’analyse, tantôt souligné combien elle était dépourvue de qualités féminines. L’examen de ces récits de trajectoire peut donc aider à appréhender le poids des représentations sur les choix de carrière des femmes.

 

—-

 

Ce colloque est organisé à la mémoire de Larissa Zakharova (1977-2019) qui, spécialiste de l’Union soviétique, a consacré une partie de ses travaux à l’histoire des techniques (https://www.cercec.fr/membre/larissa-dufaud-zakharova/). Portant sur les communications, son dernier ouvrage est intitulé : De Moscou aux confins les plus profonds. Communications, pouvoir et société en Union soviétique (à paraître aux Éditions de l’EHESS).

Le colloque, au cours duquel les interventions se feront en anglais, se tiendra les 29 et 30 juin 2020 à Moscou. Il entend donner lieu à un livre. Sont donc sollicitées des propositions inédites : les « papiers » devront être envoyés au moins deux semaines avant le colloque et les textes, remis au 1er novembre 2020 au plus tard.

Dans la mesure du possible, les organisateurs prendront en charge les frais de déplacement et de logement.

Les propositions, de 3000 caractères max., doivent être déposées en anglais ou en français avant le 1er décembre 2019, sur le site de la conférence : https://gst2020.sciencesconf.org/submission/submit

Les questions peuvent être adressées à l’adresse suivante : gst2020@sciencesconf.org

 

 

—-

 

Organisateurs

Alain Blum (CERCEC / EHESS / INED)

Patrice Bret (CAK / CNRS)

Valérie Burgos Blondelle (Comité pour l’histoire du CNRS)

Françoise Daucé (CERCEC / EHESS / IUF)

Grégory Dufaud (Sciences Po Lyon / CEFR de Moscou / LARHRA)

Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris-Diderot / EHESS / IUF)

Isabelle Lémonon Waxin (CAK / Cermes3)

Atelier Femmes & savoirs EHESS – séance du Jeudi 31 mars 2016

Genre et circulations des savoirs

Intervenantes : Silvia Sebastiani (EHESS, CRH) et Caroline Muller (ENS/Université Lyon2)

 

 Silvia Sebastiani Femmes « forgeuses de races » : un topos des Lumières

Résumé : Au cours des quinze dernières années, les catégories de race et de genre, et leurs relations réciproques, ont constitué un domaine d’étude prolifique. Une historiographie croissante a insisté sur le fait que race et genre se construisent ensemble et réciproquement à l’âge moderne, selon des voix qui ne sont ni linéaires ni tranchées. Dans mon exposé je m’arrêterai sur un point précis de cette relation : le regard porté par l’historiographie de Lumières britanniques sur les femmes à travers le globe. Dans ces discours, alors que les femmes européennes commencent à être considérées comme sujets d’histoire, les femmes amérindiennes et africaines sont conçues comme « forgeuses  de  races » et racialisées. L’accouchement sans douleurs, l’allaitement des enfants pendant le travail, le rapt et viol par les orangs outangs… autant des mythes qui contribuent à l’argumentaire de justification de l’esclavage.

Bibliographie :

Jennifer L. Morgan, Laboring Women: Gender and Reproduction in the New World Slavery, Philadelphia, Un. of Pennsylvania Press, 2004, ch. 1.
Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française. Paris: La Découverte, 2006
Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières (1971), with a Postface by Claude Blanckaert. Paris: Albin Michel, 1995.
Michèle Duchet, “Racisme et sexualité au XVIIIe siècle”, in Ni juif ni grec. Entretiens sur le racisme, edited by Léon Poliakov, Paris: Mouton–Ehess, 1978, pp. 127–38
Winthrop D. Jordan, White over Blacks. American Attitudes Toward the Negro, 1550–1812. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1968
Thomas Laqueur, Making Sex: Body and Gender from the Greeks to Freud. Cambridge: Harvard U. P., 1990.
Londa Schiebinger, Nature’s Body. Gender in the Making of Modern Science. Boston: Beacon Press, 1994.
Silvia Sebastiani, « L’orang-outang, l’esclave et l’humain : une querelle des corps en régime colonial », L’Atelier du Centre de recherches historiques, Revue électronique du CRH, 11 | 2013. URL : http://acrh.revues.org/5265.
Silvia Sebastiani, The Scottish Enlightenment. Race, Gender and the Limits of Progress,New York, Palgrave Macmillan, 2013.
Nancy L. Stepan, “Race and Gender: The Role of Analogy in Science,” Isis 77 (1986): pp. 261–277.
 
Réference image« An orang-utan carrying off a negro girl », coloured engraving by John Chapman, ca. 1795, after Johann-Eberhard Ihle – Wellcome Library, London, no. 39699i. Published in:
 
Carolus Linnaeus, A Genuine and Universal System of Natural History, London, 1795, vol. 2, frontispiece
 
 
silvia_sebastiani.gif
 

Caroline Muller

Direction de conscience, genre et circulation des savoirs matrimoniaux. L exemple de la correspondance Menthon – Dupanloup et du mariage de René (1860-1863)

Résumé : A propos de René, son neveu, la comtesse de Menthon écrit à son directeur de conscience Félix Dupanloup (1862) :« l’intérêt que nous mettons à son mariage est le plus puissant, entre tous les intérêts mondains qui puissent justement préoccuper des parents »Dès lors, elle s’emploie, avec l’aide de l’évêque, à trouver une future femme à René. On voit alors se dessiner toute une géographie du secret tissée autour des savoirs sur les familles et le mariage, savoirs qui se transmettent par le biais de ces réseaux de direction de conscience.

Dans cette contribution, je propose d’étudier la manière dont circulent ces savoirs matrimoniaux entre femmes dirigées et directeurs de conscience – et la façon dont les relations de direction de conscience peuvent être mises au service de la constitution d’un corpus de savoirs indispensables à l’élaboration des projets de mariage entre 1840 et 1914.

photo_S_Sebastiani.jpg

Réference image :Gallica, Femme assise accoudée à un meuble, profil droit [estampe] / Célestin Nanteuil

Bibliographie.

Sur le mariage :
Gabrielle Houbre, La discipline de l’amour: l’éducation sentimentale des filles et des garçons à l’âge du romantisme, [Paris], Plon, 1997.
Gabrielle HOUBRE, « Les influences religieuses sur l’éducation sentimentale des jeunes filles », inFoi, fidélité, amitié en Europe à la période moderne: mélanges offerts à Robert Sauzet T. 2, Tours, Université de Tours, 1995.
Michelle Perrot, La vie de famille au XIXe siècle, Paris, Points, 2015.
Biobibliographie :
Titre de la thèse en cours : Caroline Muller,  »Les formes de direction de conscience au XIXe siècle en France » (Lyon 2/Reims)
Caroline Muller, « Ce que confessent les journaux intimes : un nouveau regard sur la confession (France, XIXe siècle) | », Circé. Histoires, Cultures & Sociétés, 2014, no 4.
A paraître en automne : «  »A quoi rêvent les jeunes filles ? » Journal intime et mariage au XIXe siècle », dans Ecrire le mariage des lendemains de la Révolution à la Belle Époque, PUR, Rennes, 2016.

Atelier Femmes & savoirs EHESS – séance du 3 décembre 2015

Séance 2/3 : jeudi 3 décembre  2015 de 14h à 17h, Centre Alexandre Koyré

5eme étage gauche, salle du séminaire

En raison de l’annulation de la 2e séance de l’atelier, nous vous proposons une séance un peu plus longue (de 14h à 17h) qui débutera par une introduction à la notion d’espace en sciences sociales par Juliette Lancel et Isabelle Lémonon (environ 1h), et sera suivie par l’intervention de Juliette Lancel, discutée par Sylvie Steinberg.

Afin de faciliter les discussions concernant la notion d’espace, vous trouverez ci- joint une bibliographie très succinte : C. Jacob, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Open Edition Press (https://books.openedition.org/oep/423) – C.W.J Withers, Place and the « Spatial Turn » in geography and in history, Journal of the history of the ideas, vol 70, n°4, 2009, p. 637-658

Deesse_de_la_nuit_venant_trouver_la_molesse_Chauveau.jpg

Le monde des rêves au prisme du genre

Le monde des rêves peut-il être considéré comme un espace de savoir ? La tradition oniromancienne (c’est-à-dire de divination par les rêves) use souvent d’une symbolique spatiale pour évoquer  les rêves. Cette tradition se poursuit de l’Antiquité à nos jours à travers ces ouvrages d’interprétation que sont les clés des songes. Or, aux XVIIe et XVIIIe siècles, la croyance aux songes tend à se redéfinir. Les femmes sont alors présentées, dans différents discours sur le rêve, comme des cibles privilégiées de la croyance au songe. Le but de cette intervention sera de discerner, à travers des écrits dans lesquels les femmes n’apparaissent qu’en creux, les usages des représentations genrées. On se penchera également sur ce que peut vouloir dire, durant cette période, interpréter les rêves d’une femme.

Intervenante : Juliette Lancel (EHESS, CAK)
Discutante : Sylvie Steinberg (EHESS)

CORBIN, Alain, L’harmonie des plaisirs: Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie. Paris, 2008.

DUMORA, Florence, L’œuvre nocturne. Songe et représentation au XVIIe siècle, Paris, 2005.
FOUCAULT, Michel, Histoire de la sexualité (T.3), Paris, 1984.
GAUTIER, Jean-Luc (dir.),Rêver en France au XVIIe siècle, Revue des sciences humaines,n°211, Lille, juillet-septembre 1988.

Rejoindre l’espace dédié au séminaire

Consulter le programme sur le site de l’Ehess

Séminaire femmes et savoirs : productions, circulation, représentations XVIIe-XXe Séance du Jeudi 9 avril 2015 : Circulations savantes au XVIIIe siècle. Les femmes en tant que lectrices de journaux savants, traductrices et productrices de savoirs

Prochaine séance de l’atelier des doctorantes du Centre Alexandre  Koyré  pour l’année 2014-2015

 Femmes et savoirs, production, circulation, représentations (XVIIe -XXe siècles)

 Séance 7 : jeudi 9 avril 2015 de 14h à 16h30 environ, Centre Alexandre Koyré,

5eme étage gauche, salle du séminaire.

 

Thème du jour : Circulations savantes au XVIIIe siècle. Les femmes en tant que lectrices de journaux savants, traductrices et productrices de savoirs

Invités : Jeanne Peiffer (CAK, CRHST), Délimitation de la science et construction de genre dans le Mercure suisse

Patrice Bret (CAK, CNRS – EHESS – MNHN), Les traductrices de sciences dans les journaux savants français à la fin du XVIIIe siècle

Discutante : Isabelle Lémonon (doctorante EHESS, CAK)
Cette séance sera consacrée aux circulations savantes en choisissant comme principal vecteur les journaux savants (dont les premiers titres datent de 1665). Dans une première partie, assurée par Jeanne Peiffer, on choisira les publics comme horizon d’approche. Les premiers périodiques savants prétendent tous s’adresser à un double public de curieux et de savants, mais tous ont parfois du mal à trouver un équilibre entre les deux. Nous nous intéresserons aux traductions concrètes des choix éditoriaux qu’implique cette double adresse : rubriques séparées, types d’information, langages utilisés en fonction du public, etc. Le Mercure suisse (des années 1730) fournira un bel exemple de construction de genre qui se superpose à celle de la science et de ses limites. Dans la seconde partie, assurée par Patrice Bret, on examinera l’investissement croissant des femmes dans les journaux savants français à la fin de l’Ancien Régime et sous la Révolution. L’exposé concernera leurs différents modes d’intervention et d’expression mais s’arrêtera principalement sur le cas des traductrices de chimie et de minéralogie, leur rôle dans la circulation des savoirs et leur visibilité/invisibilité dans la République des Lettres, notamment au travers de la question de la signature, du paratexte éditorial et de la correspondance des savants.

Vous trouverez des éléments de bibliographie et le programme complet sur  http://femmesetsavoirs.sciencesconf.org/

Pour des questions de logistique, nous prions celles et ceux qui souhaiteraient assister au séminaire de s’inscrire sur la plateforme Scienceconf.

 

Pour l’équipe organisatrice,

Valérie Burgos, Dalia Deias, Juliette Lancel, Isabelle Lémonon

Séminaire femmes et savoirs : productions, circulation, représentations XVIIe-XXe Séance du Jeudi 5 mars 2015 : Que produisent les femmes ? 2e partie, les inventrices

Que produisent les femmes ? 2e partie, les inventrices

 

Les brevets déposés par les femmes au XIXe : Rôle des femmes dans la production des savoirs depuis le XVIIe : problématiques, méthodologies, thématiques

par Anne Chanteux (Doctorante EHESS-Centre Alexandre Koyré),

Discutant : Gabriel Galvez-behar (Lille 3)

 

 Lieu de la séance :  Centre Alexandre Koyré, 5eme étage gauche, salle du séminaire.

 

Bibliographie indicative

Anne Chanteux, « Les inventives. Femmes, inventions et brevets en France à la fin du XIXe siècle », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 17 | 1er semestre 2009, mis en ligne le 28 décembre 2010, consulté le 02 mars 2015. URL : http://dht.revues.org/519

 

Anne Chanteux, « Femmes, brevets et inventions en France », in Fabien Knittel, Pascal Raggi (dir.), Genre et Techniques (XIXe-XXIe siècle), PU Rennes, coll. « Histoire », 2013, 274 p

 

Tout savoir sur le séminaire