Archives de catégorie : Publications

Histoire d’une cité scientifique. Le campus du CNRS à Gif-sur-Yvette (1946-2016)” aux éditions du CNRS

images

L’histoire du campus de Gif-sur-Yvette, cité scientifique de renommée internationale, commence en 1946, à l’heure de la reconstruction de la recherche française, ajuste après le deuxième conflit mondial. À cette époque, l’on cherche à favoriser l’émergence d’études nouvelles, à soutenir les travaux fondamentaux sans s’interdire de réfléchir à leurs applications, ou encore à stimuler l’interdisciplinarité. L’acquisition du domaine par le CNRS reflète alors l’ambition de son directeur, Frédéric Joliot-Curie, de refonder la Recherche scientifique et de restaurer son rayonnement.

Depuis, le campus de Gif-sur-Yvette a connu une formidable aventure, aussi bien humaine que scientifique. Pionnier dans de nombreux domaines, en biologie, en chimie mais aussi en sciences du climat et de l’environnement, ce site a également suivi et accompagné les évolutions, voire les révolutions, qui ont marqué la recherche depuis 1945, en particulier dans le domaine des sciences du vivant.

Les hommes et les femmes qui l’ont constitué et y ont collaboré, n’ont cessé d’encourager la liberté de penser, de chercher, et de débattre, esprit que le campus a continué d’entretenir jusqu’à nos jours. Ce sont les grandes lignes de cette belle épopée et de l’histoire de ce campus à la longue tradition d’ouverture que retrace cet ouvrage.

Sous la direction de Denis Guthleben,

Avec les contributions de

Jean-Gaël Barbara, Aurore Buffetault, Valérie Burgos Blondelle, Yves Carton, Isabelle Dujonc, Yves Frégnac, Daniel Shulz, David Viterbo.

Nouveau Monde, nouvelle collection

Collection d’ouvrages d’histoire des sciences, des techniques et de la médecine aux éditions Nouveau Monde.

1er ouvrage : Philippe Varnoteaux, L’aventure spatiale française. De 1945 à la naissance d’Ariane, 2015

http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100238360

Denis Guthleben, Comité pour l’histoire du CNRS Rédacteur en chef d’Histoire de la recherche contemporaine denis.guthleben@cnrs.fr

Histoire de la recherche contemporaine : le numéro IV-1 vient de paraitre !

“L’animal, enjeu de la recherche” : le dossier du numéro 2015-1 d’Histoire de la recherche contemporaine renvoie à une brûlante actualité. Son coordinateur, le neurobiologiste et philosophe Georges Chapouthier, ainsi que l’ensemble des contributeurs qu’il a réunis autour de lui, nous apportent des éléments objectifs de réflexion…

Au chapitre des varia figure une controverse sur la « log-périodicité », avec trois articles d’Ivan Brissaud, de Michel Morange et de Laurent Nottale.

Le Comité pour l’histoire a également tenu à rendre hommage à Jean-Louis Crémieux-Brilhac, disparu le 8 avril dernier, et qui a contribué de très près à nos travaux depuis de longues années.

Pour commander la revue, rendez-vous sur le site de CNRS Éditions

Pour en savoir plus, consulter le site du Comité pour l’histoire du CNRS

Vient de paraître ! Isabelle Gouarné L’introduction du marxisme en France. Philosoviétisme et sciences humaines (1920-1939), Presses universitaires de Rennes.

Intro du Marxisme_Gouarné

 

 

 

 

Présentation

 

Comment la pensée de Marx, encore largement ignorée parmi les intellectuels français des années 1920, a-t-elle pu s’imposer comme « la philosophie indépassable de notre temps », selon la célèbre formule de Sartre ? Rendre compte de ce renversement est la visée de ce livre qui propose une enquête de sociologie historique sur les milieux intellectuels philosoviétiques de l’entre-deux-guerres. En croisant les archives in­ternationales du communisme et les archives des sciences françaises, Isabelle Gouarné analyse ici les ressorts et les modalités de l’engagement en faveur de la Russie nouvelle, et aussi ses effets sur les pratiques de recherche et les courants de pensée. Par les circulations d’idées et les confrontations qu’elle a entraînées dans les années 1930, cette rencontre politico-in­tellectuelle a abouti, en effet, à de nouvelles lectures de Marx et Engels. Le marxisme fut alors défini comme la version moderne du rationalisme cartésien, devenant ainsi un véritable pôle d’attraction auquel s’associèrent des intellectuels d’horizons divers (Georges Friedmann, André-Georges Haudricourt, André Varagnac, Alexandre Kojève, par exemple), et même, un temps, les directeurs des Annales, Marc Bloch et surtout Lucien Febvre. C’est donc bien sous cette forme rationaliste que la pensée de Marx est venue nourrir les traditions philosophiques et les sciences de l’homme françaises, en quête dans l’entre-deux-guerres d’un nouveau paradigme unificateur, après la dispersion de l’école durkheimienne.