Archives de catégorie : Prosopographie

AAC – Gouverner les sciences et les techniques, gouverner par les sciences et les techniques : quels enjeux pour les femmes ? (fin XIXe siècle – début XXIe siècle) – 29-30 juin 2020 Moscou (Russie)

L’histoire des femmes dans les sciences et les techniques a fait l’objet d’un véritable renouveau historiographique ces dernières années. Les travaux réalisés ont notamment montré que leur présence dans ces domaines, si elle s’était renforcée à partir de la fin du xixe siècle, était loin d’avoir été le résultat d’un processus continu et inéluctable : leur accession a été difficile et réversible, avec le maintien d’importantes discriminations jusqu’à nos jours.

Ce colloque souhaite participer à ce mouvement historiographique en s’intéressant peut-être moins aux femmes dans les sciences et les techniques en tant qu’actrices de pratiques situées qu’en se focalisant sur une dimension qui fait l’objet d’une préoccupation croissante de nos jours : à savoir la place et le rôle des femmes dans le gouvernement des sciences et des techniques, et dans le gouvernement par les sciences et les techniques.

Ce colloque veut ainsi comprendre et historiciser les mécanismes variés et cumulatifs qui ont déterminé – bloqué, freiné, voire favorisé – la carrière des scientifiques et des ingénieures et leur accession à de hautes responsabilités, et ceci depuis la fin xixe siècle quand elles ont commencé à investir les sphères scientifiques et techniques du fait de l’essor de la scolarisation des filles. Paradoxalement, si ces domaines ont été des creusets de l’idéologie du progrès et de l’émancipation, les femmes y sont restées en position subordonnée : aujourd’hui encore, elles ne sont pas si nombreuses à y occuper des postes de direction et d’autorité. Mais se poser la question de leur accès aux instances de gouvernement des sciences et des techniques nécessite de se donner une perspective large qui, tout en évitant l’écueil de la collection de biographies, analyse par quels moyens les femmes, faute d’accès à ces instances, sont tout de même parvenues à peser sur le gouvernement des sciences et des techniques – que ce soit par leurs travaux ou en investissant des lieux périphériques. Cela suppose en retour de s’interroger sur les politiques déployées par des acteurs variés pour promouvoir les femmes dans ces domaines et vaincre les résistances rencontrées : il convient d’analyser le rôle joué par les sciences et les techniques en tant que ressources pour des politiques actives à l’endroit des femmes.

Ce colloque entend donc étudier un double mouvement, avec des femmes à la fois sujets et objets du gouvernement des sciences et des techniques.

 

*

 

Tous les domaines scientifiques et techniques peuvent être abordés, des mieux établis à ceux qui l’ont progressivement été au cours du xxe siècle et où la place des femmes a pu changer, l’aérospatial, le nucléaire et l’informatique en particulier. De même, toutes les aires culturelles et/ou tous les régimes politiques (libéraux et autoritaires) sont susceptibles d’être étudiés. L’exemple de la Russie où, au lendemain de la révolution d’Octobre, les bolcheviks affirmaient vouloir émanciper les femmes, tandis qu’ils prétendaient fonder leur projet de transformation sociale sur les savoirs scientifiques et techniques, signale tout l’intérêt qu’il peut y avoir à décentrer le regard et à comparer les aires culturelles et/ou les régimes politique – la comparaison devrait en retour nous autoriser à questionner les clivages nationaux, culturels et/ou politiques.

Différentes pistes de travail sont envisageables.

La première porte sur les femmes ayant accédé à des postes de direction : la formation scientifique ou technique reçue, leur carrière, et ce qui leur a permis d’accéder à des fonctions élevées dans l’éducation, la recherche ou l’industrie. Ainsi, en Grande-Bretagne, le cas de la biochimiste Marjory Stephenson, première femme à accéder à la Royal Society en 1945, alors que les barrières légales de l’accès aux sociétés savantes et à l’université avaient été supprimées en 1919, montre la résistance de la Royal Society à faire évoluer des statuts discriminatoires, ainsi que le rôle des critiques adressées dans la presse dans leur levée en 1943. Le questionnement ne porte pas que sur l’absence ou la présence des femmes, il concerne aussi le fonctionnement des institutions scientifiques et techniques, y compris dans les nominations : c’est s’attacher à caractériser le « plafond de verre » auquel les scientifiques et ingénieures se sont heurtées et à identifier les formes historiques et concrètes qu’il a pris. L’interrogation concerne enfin la manière dont les femmes ont cherché à contourner les difficultés qu’on leur a opposées dans les lieux légitimes de production et d’enseignement des sciences et des techniques en investissant d’autres espaces, telles les associations et les sociétés savantes.

Une deuxième piste peut être de se demander si les scientifiques et les ingénieures, une fois à des postes de direction, ont mis en œuvre des politiques spécifiques. Cette question d’un gouvernement typiquement féminin des sciences et des techniques est épineuse. Déjà soulevée dans l’historiographie à propos de la production des savoirs, elle a montré ses limites. Cependant, l’exemple de la chimiste Ida Maclean qui, après avoir été nommée assistant lecturer au département de chimie de l’université de Manchester en 1906, est devenue en 1920 la première femme à accéder à la London Chemical Society où elle a poursuivi son engagement de longue date en faveur des femmes à l’université, invite à porter l’attention sur au moins deux phénomènes. Le premier a trait aux mesures prises au sein des institutions scientifiques et techniques pour y améliorer la situation des femmes. Le second concerne les problèmes mis en avant par les femmes ayant accédé à des fonctions élevées : il s’agit de voir si elles ont soulevé des problèmes négligés ou non vus par les hommes et quelles actions elles ont lancées sinon pour les résoudre, du moins pour les traiter.

Une troisième piste vise à analyser comment différents protagonistes ont eu recours aux sciences et aux techniques pour remédier aux inégalités de genre dans la société. L’historiographie a souligné combien les savoirs – en particulier ceux issus de la biologie, mais pas seulement – avaient reproduit les préjugés de genre et naturalisé les inégalités entre les hommes et les femmes. Toujours dans la perspective de sonder la neutralité des sciences, l’interrogation porte toutefois ici plutôt sur la manière dont les savoirs ont pu contredire les stéréotypes et les normes de genre, et ceci en vue de comprendre comment on les a utilisés pour mettre en œuvre des politiques en faveur d’une meilleure reconnaissance statutaire et/ou salariale des femmes. Le cas certainement le mieux connu est celui des États-Unis où, avec la discrimination positive instaurée en 1967 pour les étudiantes comme pour les enseignantes, les universités sont devenues des lieux d’action et de réflexion pour les mouvements féministes. Mais l’État n’a pas été le seul acteur à œuvrer pour les femmes dans la société : des fondations et des grandes entreprises l’ont fait et continuent de le faire. À travers l’étude de ces initiatives, il doit aussi s’agir d’éclairer comment s’est construite l’articulation entre savoirs scientifiques, reconnaissance statutaire et redistribution économique. Lorsque ces initiatives ont coexisté avec des mesures d’émancipation visant d’autres groupes sociaux, il faudra tâcher d’analyser comment elles ont pu s’entrecroiser.

Une dernière piste a trait à la mise en récit de la réussite des femmes dans les sciences et les techniques. Le but est d’étudier non seulement comment les commentateurs la décrivent et l’expliquent, mais aussi comment des scientifiques et des ingénieures qui ont atteint des positions élevées le font elles-mêmes. Car il apparaît que la mise en récit de ces trajectoires par les hommes et les femmes mobilise souvent des motifs clairement sexués. Or ces discours ne sont pas sans incidence sur les préjugés et les stéréotypes de genre, que ce soit dans le sens de leur consolidation ou au contraire de leur déconstruction. Par exemple, les portraits de la mathématicienne Sofia Kovalevskaïa ont tantôt insisté sur ses qualités d’analyse, tantôt souligné combien elle était dépourvue de qualités féminines. L’examen de ces récits de trajectoire peut donc aider à appréhender le poids des représentations sur les choix de carrière des femmes.

 

—-

 

Ce colloque est organisé à la mémoire de Larissa Zakharova (1977-2019) qui, spécialiste de l’Union soviétique, a consacré une partie de ses travaux à l’histoire des techniques (https://www.cercec.fr/membre/larissa-dufaud-zakharova/). Portant sur les communications, son dernier ouvrage est intitulé : De Moscou aux confins les plus profonds. Communications, pouvoir et société en Union soviétique (à paraître aux Éditions de l’EHESS).

Le colloque, au cours duquel les interventions se feront en anglais, se tiendra les 29 et 30 juin 2020 à Moscou. Il entend donner lieu à un livre. Sont donc sollicitées des propositions inédites : les « papiers » devront être envoyés au moins deux semaines avant le colloque et les textes, remis au 1er novembre 2020 au plus tard.

Dans la mesure du possible, les organisateurs prendront en charge les frais de déplacement et de logement.

Les propositions, de 3000 caractères max., doivent être déposées en anglais ou en français avant le 1er décembre 2019, sur le site de la conférence : https://gst2020.sciencesconf.org/submission/submit

Les questions peuvent être adressées à l’adresse suivante : gst2020@sciencesconf.org

 

 

—-

 

Organisateurs

Alain Blum (CERCEC / EHESS / INED)

Patrice Bret (CAK / CNRS)

Valérie Burgos Blondelle (Comité pour l’histoire du CNRS)

Françoise Daucé (CERCEC / EHESS / IUF)

Grégory Dufaud (Sciences Po Lyon / CEFR de Moscou / LARHRA)

Liliane Hilaire-Pérez (Université Paris-Diderot / EHESS / IUF)

Isabelle Lémonon Waxin (CAK / Cermes3)

Séminaire « LA PROSOPOGRAPHIE : OBJETS ET MÉTHODES »

Source : prosopo@groupes.renater.fr

Organisé par le LARHRA, le LAMOP et les Archives nationales :

Emmanuelle Picard, Armelle Le Goff, Édith Pirio, Catherine Mérot et Thierry Kouamé.

séminaire_prosopo_programme_2013-2014_Page_1

Les travaux se réclamant d’une approche prosopographique sont aujourd’hui très nombreux, à propos de toute les périodes historiques et même dans d’autres sciences sociales. Ils sont le reflet d’un renouveau d’intérêt pour les enquêtes larges et leur traitement quantitatif, mais aussi d’un attrait croissant pour des formes de publication de type dictionnaire ou bases de données en ligne. Si les objets et les périodes envisagées sont très divers, il en est de même des méthodologies utilisées.

Il nous a paru intéressant de revenir sur la question de la méthode prosopographique, dans une perspective qui prendrait en compte les travaux réalisés et en cours, sur le plan à la fois scientifique (construction des objets et des questionnements) et méthodologique (sources, données, saisie et traitement, restitution). En discutant les choix préalables à la construction de l’enquête, les difficultés rencontrées et les solutions concrètes mises en œuvre pour les dépasser, ce séminaire souhaite offrir un lieu de réflexion sur les conditions d’une prosopographie efficace. Il se veut également un lieu de confrontation entre les différentes sciences sociales qui y ont recours, de discussion quant aux choix inévitables qu’une telle approche impose et ambitionne de produire, à terme, des ressources réflexives qui puissent être mobilisées pour des recherches futures.

Ce séminaire s’inscrit par ailleurs dans la volonté de proposer un lieu de rencontre et de collaboration entre les chercheurs et les archivistes, en s’intéressant en particulier aux sources disponibles, aux conditions de leur production et de leur mise à disposition, dont la méconnaissance conduit parfois à des usages inappropriés. Il sera également l’occasion de mettre en évidence des gisements de données mal ou peu connus et de valoriser des sources inédites. Dans cette perspective, la participation des archivistes est un élément déterminant dans une réflexion d’ensemble, qui intègre autant les questions de construction d’un objet scientifique que la recherche des modalités les plus fécondes pour y répondre.

Construit  dans  une  logique  pluriannuelle,  ce  séminaire  sera  organisé  sous  forme semestrielle, le premier semestre se déroulant à Lyon, le second à Paris, afin de permettre aux chercheurs et aux étudiants intéressés d’être nombreux à y participer. Il pourra s’adosser à un carnet de recherches Hypothèses, mettant à disposition du plus grand nombre des enregistrements de séances, des références bibliographiques et des liens pertinents. De cette façon, nous souhaitons construire un outil qui puisse intéresser le plus grand nombre et favoriser le développement d’une réflexion de fond sur une méthode aussi riche que complexe à mettre en œuvre.

 

DEUXIÈME ANNÉE (2013-2014) : PROBLÈMES DE SOURCES ET DE MÉTHODES

La deuxième année du séminaire consacrera ses travaux à une réflexion sur les sources, élément central de la réflexion en matière de prosopographie. L’analyse de corpus spécifique, caractérisés soit par la rareté et la complexité de l’analyse, soit par l’abondance et la précision des données constituera le fil directeur de la réflexion. Cette seconde année permettra en particulier d’ouvrir le débat aux historiens antiquisants, mais aussi aux autres disciplines et de faire travailler de concert archivistes et universitaires autour de ces questions de sources.

Le séminaire a lieu de 14h à 17h, lors des 3 premières séances à l’ENS de Lyon (15 Parvis R. Descartes, 69007 Lyon, métro B « Debourg ») et lors des 3 dernières aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine, 59 rue Guynemer,  93300  Pierrefitte, métro 13 « St Denis-Université »).

11 OCTOBRE 2013 (ENS DE LYON) : PROFESSIONS DU MONDE ÉCONOMIQUE

Mélanie ATRUX (ISP, Université Paris X), « Les chambres d’agriculture au XXe siècle »

Pierre  VERNUS  (LARHRA,  Université  Lyon  II),  « Le  patronat  français  au  XIXe  et  XXe siècles »

Cyprien HENRY  (ARCHIVES  NATIONALES), « Prosopographie des notaires français : une source inédite »

22 NOVEMBRE 2013 (ENSDE LYON) : AU SERVICE DE LÉGLISE

Bernard  DOMPNIER   et  Isabelle  LANGLOIS   (CHEC,   Université   Clermont-Ferrand   II),  « Les musiciens d’Église en France en 1790 »

Amandine LE ROUX (LAMOP, Université Paris I), « Les collecteurs pontificaux en France et en Provence (XIVe-XVe siècles) »

Laura PETTINAROLI  (Institut  catholique  de  Paris), « La prosopographie de la curie romaine contemporaine : le cas des cardinaux »

 

10 JANVIER 2014 (ENSDE LYON) : LE MONDE DE LADMINISTRATION MUNICIPALE

Julien MATHIEU (ARCHIVES MUNICIPALES DE VALENCE), « Les architectes-voyers de la ville de Valence (XIXe siècle) »

Yvonne-Hélène LE MARESQUIER (Centre Roland-Mousnier, CNRS), « Les officiers municipaux de la ville de Paris (XVe siècle) »

Jean-Paul PELLEGRINETTI  et  Adeline HERNANDEZ-BEAUREPAIRE  (CEMMC,  Université  de Nice) « Les élites politiques méditerranéennes, de la Révolution française à nos jours (ANR ICEM) »

 

 

 

12  FÉVRIER   2014  (ARCHIVES   NATIONALES,  PIERREFITTE) :  LES   COMMUNAUTÉS ECCLÉSIASTIQUES

Anne  MASSONI   (CRIHAM,   Université   de   Limoges),  « Les  chanoines  de  Saint-Germain-l’Auxerrois de Paris (XIVe-XVe siècles) »

Christine BARRALIS  (CRULH,  Université  de  Lorraine), « Évêques et chapitres cathédraux de France, 1200-1500 (Fasti Ecclesiae Gallicanae) »

Anne JUSSEAUME (CHSP, Science Po), « Les religieuses au XIXe siècle »

26 MARS 2014 (ARCHIVES NATIONALES, PIERREFITTE) : DESSOURCES SPÉCIFIQUES POUR LA PROSOPOGRAPHIE DES ÉLITES  ?

François DENORD (CSE, CNRS), « Le Who’s who »

Élisabeth MORNET (LAMOP, Université Paris I), « Les élites ecclésiastiques scandinaves (XIVe-XVe siècles) »

Francesco BERETTA (LARHRA, CNRS), « Les élites intellectuelles italiennes (XVIe-XVIIIe siècles) »

 

4    JUIN      2014    (ARCHIVES       NATIONALES,     PIERREFITTE) :     FAIRE      DE      LA PROSOPOGRAPHIE DANS UN CONTEXTE DE SOURCES RARES

Karine KARILA-COHEN (CREAAH, Université Rennes II), « Les notables athéniens de la basse époque  hellénistique  (IIe  et  Ier  siècles  av.  J.-C.)  :  élaboration  d’une  base  de  données prosopographiques »

Jacques PÉRICARD  (CRIHAM, Université de Limoges), « Les évêques d’Aquitaine première au haut Moyen Âge »

Véronique GAZEAU (CRAHAM, Université de Caen), « Les abbés bénédictins de Normandie (Xe-XIIe siècles) »

le programme au format pdf

 

Séminaire de méthodologie sur la prosopographie, séance du 10 avril 2013 14h-17h

La prochaine séance du séminaire de méthodologie sur la prosopographie organisé par les Archives nationales, le LAMPO et le LAHRA aura lieu

le mercredi 10 avril 2013 de 14 heures à 17 heures aux Archives nationales

(site de Pierrefitte-sur-Seine, métro ligne 13, station Saint-Denis-Université).
La thématique est   » Les mondes savants »,

avec
Christiane Demeulenaere (Centre A. Koyré, Paris) et Liliane Hilaire-Perez (Université Paris VII – Centre A. Koyré ), « Les inventeurs (XVIIIe-XIXe siècle) »
Nadia Prévost-Urkidi, (Université du Havre), « La naissance de l’américanisme en France (XIXe  siècle) »
Bruno Delmas, (CTHS), « La France savante (XVIe-XXe siècles) »

Lancement du groupe RES-HIST (Réseaux & Histoire)

source listes [reseaux-sociaux] [histoire_eco]

Lancement du groupe RES-HIST (Réseaux & Histoire).

Le lexique du « réseau » est de plus en plus utilisé dans les recherches historiques, de l’Antiquité au temps présent, de manières très diverses.

Cette diversité est une richesse, mais s’accompagne souvent d’une méconnaissance mutuelle et d’une absence de définition rigoureuse des concepts mobilisés. Cela contraste avec la situation dans d’autres disciplines, comme la sociologie, où notions et méthodes — diversement appropriées — sont débattues dans des espaces communs. Et ces derniers sont parfois ouverts à d’autres sciences sociales. Ainsi, lors de l’Ecole thématique du CNRS « Étudier les réseaux sociaux » organisée à Porquerolles les 10-14 septembre 2012, nous avons constaté, indépendamment de la richesse des échanges, la faible présence des historiens parmi les participants, particulièrement sensible parmi les doctorants et les jeunes chercheurs.

Pour favoriser le dialogue entre les historiens travaillant sur les réseaux et promouvoir le recours à des outils à la fois conceptuels et méthodologiques partagés et adaptés à notre discipline, il nous a paru souhaitable de jeter les bases d’un groupe collaboratif ouvert à tout l’éventail des recherches historiques, RES-HIST. Il est destiné autant à faire le point sur les recherches en cours qu’à lancer des opérations scientifiques collectives et transpériodes, tout en assurant aussi des séances de formation aux outils mobilisables pour les analyses de réseaux.

Avec le soutien initial de l’Institut universitaire de France, RES-HIST se propose d’organiser un premier cycle de trois rencontres échelonnées sur deux ans, destinées à l’ensemble de la communauté historienne intéressée. Chacune articulera un atelier thématique avec des conférenciers invités, incités à discuter mutuellement leurs travaux, des formations méthodologiques qui pourront être construites en fonction des besoins qui seront exprimés par les participants, et des présentations des recherches en cours de doctorants et jeunes chercheurs.

La première rencontre RES-HIST, organisée à Nice du 26 au 28 septembre 2013, au Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, en partenariat avec l’Institut Universitaire de France et la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société Sud-Est proposera un large panorama à la fois transpériode et thématique des recherches actuelles sur les réseaux et lancera la réflexion sur la structuration de la communauté historienne à entreprendre.
Interviendront : Andoni Artola (Université du Pays Basque), Stéphane Frioux (Université de Lyon II), Pierre Gervais (Université de Paris VIII), Elisa Grandi (Université de Paris Diderot), Florent Hautefeuille (Université de Toulouse II), Jérôme Lamy (Université de Toulouse II), Isabelle Rosé (Université de Rennes II), Nicolas Verdier (CNRS, Géographie-cités, Paris).

Une deuxième rencontre, organisée à Toulouse dans le cadre du Labex «Structuration des Mondes Sociaux» (SMS) et en appui avec l’UMR FRAMESPA, au printemps 2014, permettra aux historiens français de rencontrer et de dialoguer avec les historiens étrangers travaillant sur les réseaux. La troisième, prévue à Paris fin 2014, avec l’appui du Pôle d’activités interdisciplinaire « Réseaux » en constitution à Sciences Po et le laboratoire SEDET, à l’Université de Paris Diderot, sera centrée sur la problématique du traitement de données à caractère historique par d’autres disciplines (géographie, sociologie, anthropologie, science politique, etc.).

Pierre-Yves Beaurepaire (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France)

Michel Bertrand (Université de Toulouse – Institut Universitaire de France)

Claire Lemercier (CNRS-Sciences Po Paris)

Silvia Marzagalli (Université de Nice Sophia-Antipolis – Institut Universitaire de France)

Zacarias Moutoukias (Université de Paris Diderot)