Séminaire femmes et savoirs : productions, circulation, représentations XVIIe-XXe Séance du Jeudi 9 avril 2015 : Circulations savantes au XVIIIe siècle. Les femmes en tant que lectrices de journaux savants, traductrices et productrices de savoirs

Prochaine séance de l’atelier des doctorantes du Centre Alexandre  Koyré  pour l’année 2014-2015

 Femmes et savoirs, production, circulation, représentations (XVIIe -XXe siècles)

 Séance 7 : jeudi 9 avril 2015 de 14h à 16h30 environ, Centre Alexandre Koyré,

5eme étage gauche, salle du séminaire.

 

Thème du jour : Circulations savantes au XVIIIe siècle. Les femmes en tant que lectrices de journaux savants, traductrices et productrices de savoirs

Invités : Jeanne Peiffer (CAK, CRHST), Délimitation de la science et construction de genre dans le Mercure suisse

Patrice Bret (CAK, CNRS – EHESS – MNHN), Les traductrices de sciences dans les journaux savants français à la fin du XVIIIe siècle

Discutante : Isabelle Lémonon (doctorante EHESS, CAK)
Cette séance sera consacrée aux circulations savantes en choisissant comme principal vecteur les journaux savants (dont les premiers titres datent de 1665). Dans une première partie, assurée par Jeanne Peiffer, on choisira les publics comme horizon d’approche. Les premiers périodiques savants prétendent tous s’adresser à un double public de curieux et de savants, mais tous ont parfois du mal à trouver un équilibre entre les deux. Nous nous intéresserons aux traductions concrètes des choix éditoriaux qu’implique cette double adresse : rubriques séparées, types d’information, langages utilisés en fonction du public, etc. Le Mercure suisse (des années 1730) fournira un bel exemple de construction de genre qui se superpose à celle de la science et de ses limites. Dans la seconde partie, assurée par Patrice Bret, on examinera l’investissement croissant des femmes dans les journaux savants français à la fin de l’Ancien Régime et sous la Révolution. L’exposé concernera leurs différents modes d’intervention et d’expression mais s’arrêtera principalement sur le cas des traductrices de chimie et de minéralogie, leur rôle dans la circulation des savoirs et leur visibilité/invisibilité dans la République des Lettres, notamment au travers de la question de la signature, du paratexte éditorial et de la correspondance des savants.

Vous trouverez des éléments de bibliographie et le programme complet sur  http://femmesetsavoirs.sciencesconf.org/

Pour des questions de logistique, nous prions celles et ceux qui souhaiteraient assister au séminaire de s’inscrire sur la plateforme Scienceconf.

 

Pour l’équipe organisatrice,

Valérie Burgos, Dalia Deias, Juliette Lancel, Isabelle Lémonon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.