Séminaire « LA PROSOPOGRAPHIE : OBJETS ET MÉTHODES »

Source : prosopo@groupes.renater.fr

Organisé par le LARHRA, le LAMOP et les Archives nationales :

Emmanuelle Picard, Armelle Le Goff, Édith Pirio, Catherine Mérot et Thierry Kouamé.

séminaire_prosopo_programme_2013-2014_Page_1

Les travaux se réclamant d’une approche prosopographique sont aujourd’hui très nombreux, à propos de toute les périodes historiques et même dans d’autres sciences sociales. Ils sont le reflet d’un renouveau d’intérêt pour les enquêtes larges et leur traitement quantitatif, mais aussi d’un attrait croissant pour des formes de publication de type dictionnaire ou bases de données en ligne. Si les objets et les périodes envisagées sont très divers, il en est de même des méthodologies utilisées.

Il nous a paru intéressant de revenir sur la question de la méthode prosopographique, dans une perspective qui prendrait en compte les travaux réalisés et en cours, sur le plan à la fois scientifique (construction des objets et des questionnements) et méthodologique (sources, données, saisie et traitement, restitution). En discutant les choix préalables à la construction de l’enquête, les difficultés rencontrées et les solutions concrètes mises en œuvre pour les dépasser, ce séminaire souhaite offrir un lieu de réflexion sur les conditions d’une prosopographie efficace. Il se veut également un lieu de confrontation entre les différentes sciences sociales qui y ont recours, de discussion quant aux choix inévitables qu’une telle approche impose et ambitionne de produire, à terme, des ressources réflexives qui puissent être mobilisées pour des recherches futures.

Ce séminaire s’inscrit par ailleurs dans la volonté de proposer un lieu de rencontre et de collaboration entre les chercheurs et les archivistes, en s’intéressant en particulier aux sources disponibles, aux conditions de leur production et de leur mise à disposition, dont la méconnaissance conduit parfois à des usages inappropriés. Il sera également l’occasion de mettre en évidence des gisements de données mal ou peu connus et de valoriser des sources inédites. Dans cette perspective, la participation des archivistes est un élément déterminant dans une réflexion d’ensemble, qui intègre autant les questions de construction d’un objet scientifique que la recherche des modalités les plus fécondes pour y répondre.

Construit  dans  une  logique  pluriannuelle,  ce  séminaire  sera  organisé  sous  forme semestrielle, le premier semestre se déroulant à Lyon, le second à Paris, afin de permettre aux chercheurs et aux étudiants intéressés d’être nombreux à y participer. Il pourra s’adosser à un carnet de recherches Hypothèses, mettant à disposition du plus grand nombre des enregistrements de séances, des références bibliographiques et des liens pertinents. De cette façon, nous souhaitons construire un outil qui puisse intéresser le plus grand nombre et favoriser le développement d’une réflexion de fond sur une méthode aussi riche que complexe à mettre en œuvre.

 

DEUXIÈME ANNÉE (2013-2014) : PROBLÈMES DE SOURCES ET DE MÉTHODES

La deuxième année du séminaire consacrera ses travaux à une réflexion sur les sources, élément central de la réflexion en matière de prosopographie. L’analyse de corpus spécifique, caractérisés soit par la rareté et la complexité de l’analyse, soit par l’abondance et la précision des données constituera le fil directeur de la réflexion. Cette seconde année permettra en particulier d’ouvrir le débat aux historiens antiquisants, mais aussi aux autres disciplines et de faire travailler de concert archivistes et universitaires autour de ces questions de sources.

Le séminaire a lieu de 14h à 17h, lors des 3 premières séances à l’ENS de Lyon (15 Parvis R. Descartes, 69007 Lyon, métro B « Debourg ») et lors des 3 dernières aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine, 59 rue Guynemer,  93300  Pierrefitte, métro 13 « St Denis-Université »).

11 OCTOBRE 2013 (ENS DE LYON) : PROFESSIONS DU MONDE ÉCONOMIQUE

Mélanie ATRUX (ISP, Université Paris X), « Les chambres d’agriculture au XXe siècle »

Pierre  VERNUS  (LARHRA,  Université  Lyon  II),  « Le  patronat  français  au  XIXe  et  XXe siècles »

Cyprien HENRY  (ARCHIVES  NATIONALES), « Prosopographie des notaires français : une source inédite »

22 NOVEMBRE 2013 (ENSDE LYON) : AU SERVICE DE LÉGLISE

Bernard  DOMPNIER   et  Isabelle  LANGLOIS   (CHEC,   Université   Clermont-Ferrand   II),  « Les musiciens d’Église en France en 1790 »

Amandine LE ROUX (LAMOP, Université Paris I), « Les collecteurs pontificaux en France et en Provence (XIVe-XVe siècles) »

Laura PETTINAROLI  (Institut  catholique  de  Paris), « La prosopographie de la curie romaine contemporaine : le cas des cardinaux »

 

10 JANVIER 2014 (ENSDE LYON) : LE MONDE DE LADMINISTRATION MUNICIPALE

Julien MATHIEU (ARCHIVES MUNICIPALES DE VALENCE), « Les architectes-voyers de la ville de Valence (XIXe siècle) »

Yvonne-Hélène LE MARESQUIER (Centre Roland-Mousnier, CNRS), « Les officiers municipaux de la ville de Paris (XVe siècle) »

Jean-Paul PELLEGRINETTI  et  Adeline HERNANDEZ-BEAUREPAIRE  (CEMMC,  Université  de Nice) « Les élites politiques méditerranéennes, de la Révolution française à nos jours (ANR ICEM) »

 

 

 

12  FÉVRIER   2014  (ARCHIVES   NATIONALES,  PIERREFITTE) :  LES   COMMUNAUTÉS ECCLÉSIASTIQUES

Anne  MASSONI   (CRIHAM,   Université   de   Limoges),  « Les  chanoines  de  Saint-Germain-l’Auxerrois de Paris (XIVe-XVe siècles) »

Christine BARRALIS  (CRULH,  Université  de  Lorraine), « Évêques et chapitres cathédraux de France, 1200-1500 (Fasti Ecclesiae Gallicanae) »

Anne JUSSEAUME (CHSP, Science Po), « Les religieuses au XIXe siècle »

26 MARS 2014 (ARCHIVES NATIONALES, PIERREFITTE) : DESSOURCES SPÉCIFIQUES POUR LA PROSOPOGRAPHIE DES ÉLITES  ?

François DENORD (CSE, CNRS), « Le Who’s who »

Élisabeth MORNET (LAMOP, Université Paris I), « Les élites ecclésiastiques scandinaves (XIVe-XVe siècles) »

Francesco BERETTA (LARHRA, CNRS), « Les élites intellectuelles italiennes (XVIe-XVIIIe siècles) »

 

4    JUIN      2014    (ARCHIVES       NATIONALES,     PIERREFITTE) :     FAIRE      DE      LA PROSOPOGRAPHIE DANS UN CONTEXTE DE SOURCES RARES

Karine KARILA-COHEN (CREAAH, Université Rennes II), « Les notables athéniens de la basse époque  hellénistique  (IIe  et  Ier  siècles  av.  J.-C.)  :  élaboration  d’une  base  de  données prosopographiques »

Jacques PÉRICARD  (CRIHAM, Université de Limoges), « Les évêques d’Aquitaine première au haut Moyen Âge »

Véronique GAZEAU (CRAHAM, Université de Caen), « Les abbés bénédictins de Normandie (Xe-XIIe siècles) »

le programme au format pdf

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.