La naissance du Paris moderne. L’essor des politiques d’hygiène (1788-1855) Fabienne CHEVALLIER

Source : Christiane Demeulenaere-Douyère 

http://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/asclepiades/chevallier_2009.htm

CHEVALLIER (Fabienne)

La naissance du Paris moderne. L’essor des politiques d’hygiène (1788-1855)

Texte intégral (PDF 54 Mo) 

Résumé

Ce livre traite des prémices des transformations de Paris ­ de 1788 à 1855 ­ sous l’angle de l’histoire des politiques d’hygiène, qui sont à l’origine du grand mouvement de modernité urbaine que l’on observe à partir de la fin du 18ème siècle dans toute l’Europe. L’hygiène se trouve en effet à l’intersection de la science, de la gouvernance municipale et de l’architecture urbaine. L’ouvrage retrace la naissance de la notion, à partir du siècle des Lumières, et ses effets sur les institutions scientifiques et médicales à partir du régime de la Convention, jusqu’en 1855. Le chapitre deux traite de l’action du conseil de salubrité du département de la Seine et de celle de la commission des logements insalubres. Le chapitre trois est consacré aux réseaux et à l’accès des Parisiens à l’hygiène. Dans le chapitre quatre, l’auteur étudie l’invention de la rue parisienne moderne, et les relations plus ou moins étroites entre cette modernité et l’hygiène. Le dernier chapitre étudie dans une perspective d’histoire sociale de l’architecture urbaine les édifices-types et les icônes destinées à l’approvisionnement des Parisiens : halles, marchés, abattoirs. L’ouvrage, illustré, est accompagné de treize notices sur des personnages actifs dans le domaine de l’hygiène.

Cet ouvrage, tiré d’une habilitation dirigée par le professeur Jean-Yves Andrieux, fait suite à Le Paris moderne, Histoire des politiques d’hygiène (1855-1898), Presses universitaires de Rennes, 2010, du même auteur, qui a obtenu le prix du meilleur ouvrage de la Société française d’histoire de la Médecine et le prix Jean-François Coste (Histoire de la Médecine) de l’Académie Nationale de Médecine en 2011. « Ce livre contribue à l’histoire de Paris, à l’histoire architecturale et urbaine, à l’histoire des sciences et de la médecine, et à l’étude de la modernité » (Peter Soppelsa, université d’Oklahoma).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.