Archives par mot-clé : Une

Histoire d’une cité scientifique. Le campus du CNRS à Gif-sur-Yvette (1946-2016) » aux éditions du CNRS

images

L’histoire du campus de Gif-sur-Yvette, cité scientifique de renommée internationale, commence en 1946, à l’heure de la reconstruction de la recherche française, ajuste après le deuxième conflit mondial. À cette époque, l’on cherche à favoriser l’émergence d’études nouvelles, à soutenir les travaux fondamentaux sans s’interdire de réfléchir à leurs applications, ou encore à stimuler l’interdisciplinarité. L’acquisition du domaine par le CNRS reflète alors l’ambition de son directeur, Frédéric Joliot-Curie, de refonder la Recherche scientifique et de restaurer son rayonnement.

Depuis, le campus de Gif-sur-Yvette a connu une formidable aventure, aussi bien humaine que scientifique. Pionnier dans de nombreux domaines, en biologie, en chimie mais aussi en sciences du climat et de l’environnement, ce site a également suivi et accompagné les évolutions, voire les révolutions, qui ont marqué la recherche depuis 1945, en particulier dans le domaine des sciences du vivant.

Les hommes et les femmes qui l’ont constitué et y ont collaboré, n’ont cessé d’encourager la liberté de penser, de chercher, et de débattre, esprit que le campus a continué d’entretenir jusqu’à nos jours. Ce sont les grandes lignes de cette belle épopée et de l’histoire de ce campus à la longue tradition d’ouverture que retrace cet ouvrage.

Sous la direction de Denis Guthleben,

Avec les contributions de

Jean-Gaël Barbara, Aurore Buffetault, Valérie Burgos Blondelle, Yves Carton, Isabelle Dujonc, Yves Frégnac, Daniel Shulz, David Viterbo.

Henri Gondet, un ingénieur pour la recherche à Bellevue par Valérie Burgos et Denis Beaudouin, publié dans Histoire de la recherche contemporaine

Décembre 2012, le CNRS inaugure le nouveau campus de
Meudon-Bellevue, libéré de la « barre » qui dissimulait le
« château ».
Avril 1945, Henri Gondet devient directeur général des
Laboratoires de Bellevue. Cet article retrace la carrière de
ce discret ingénieur, formé à l’ESPCI (École supérieure de
physique et de chimie industrielles de la ville de Paris), féru
d’instruments, qui dirigea ce site des lendemains de la
Seconde Guerre mondiale aux années soixante.Henri Gondet par Burgos-BeaudouinLa revue sur le site de CNRS Editions