Archives par mot-clé : digital humanities

La vie numérique du duc de Morny, Agnès d’Angio-Barros, mardi 7 janvier, à 17 h, École nationale des chartes au 19, rue de la Sorbonne, Paris Ve.

http://www.enc.sorbonne.fr/evenement/la-vie-numerique-du-duc-de-morny
Agnès d’Angio-Barros débat avec Éric Anceau sur « La vie numérique du duc de Morny », dans le cadre du cycle « Les Mardis de l’École des chartes ».La conférence se déroulera le mardi 7 janvier, à 17 h, dans la grande salle de cours de l’École nationale des chartes au 19, rue de la Sorbonne, Paris Ve.

L’œuvre :

Morny, petit-fils de Talleyrand et demi-frère de Napoléon III, est resté pour l’histoire l’homme du coup d’État du 2 décembre 1851, de l’Empire libéral et de la Fête impériale. Si les papiers familiaux – fonds Flahaut des Archives nationales – ont enrichi notablement les biographies qui lui ont été consacrées depuis quarante ans, l’enjeu de celle-ci est de revisiter sa vie grâce à l’exploitation des informations en ligne (Gallica, bases de données bibliographiques ou muséales, archives numérisées…), exploitation qui interroge les méthodes classiques de critique des sources.

L’auteur :

Agnès D’Angio-Barros a soutenu en 1993 une thèse d’École nationale des chartes consacrée au secteur Travaux publics de la société Schneider et Cie, La politique de travaux publics du groupe Schneider (1895-1949). Conservatrice en chef du patrimoine, chef du Service des archives du ministère des finances, docteur ès lettres, chercheur au Centre Roland Mousnier (Paris IV Sorbonne/CNRS), elle poursuit ses recherches sur l’histoire de l’ingénierie industrielle et financière depuis la fin du XVIIIe siècle en explorant les pistes ouvertes par les humanités numériques.

En savoir plus …

Le discutant :

Éric Anceau, Grand prix de la Fondation Napoléon en 2000 pour son Dictionnaire des députés du Second Empire (PUR, 1999), est maître de conférences à l’Université Paris IV Sorbonne, vice-président du Comité d’histoire parlementaire et politique, professeur associé à Sciences Po Paris et chercheur associé au Centre de recherches en histoire du XIXe siècle, à l’IRCOM et à l’IHMC. Ce spécialiste du Second Empire a publié Napoléon III. Un Saint-Simon à cheval (Tallandier, 2008), une biographie qui fait référence, et a co-organisé un colloque international sur Morny et l’invention de Deauville (Armand Colin, 2011).

Télécharger la présentation de la conférence

Koyré numérique 10 janvier 2014 : Autour de la question de l’annotation sur un corpus en ligne, par Marco Ségala

Dans le cadre du séminaire « Koyré numérique » et du séminaire des
doctorants du Centre Koyré, vous êtes invités à la séance suivante :

Autour de la question de l’annotation de corpus en ligne
Comment créer des relations entre différents documents appartenant à un
corpus en ligne (textes imprimés, manuscrits, correspondances, etc.) ?
Comment annoter les documents en ligne et partager les annotations ?

avec Simone Fonda, concepteur du logiciel d’annotation Pundit, développé
par la société italienne Net7, partenaire du projet européen DM2E
(Digitised Manuscripts to Europeana).

Vendredi 10 janvier, 10h30-12h30
Centre Koyré, 27 rue Damesme, Paris 13e (5e étage)

Usages des sources numériques en histoire des sciences et des techniques III – JE vendredi 29 novembre 2013 9h30 – 16h30

CRHST_progr.29_11_13 (ok)_Page_1 le programme au format pdf

Depuis la première journée d’étude sur ce thème en 2007, l’utilisation des sources numériques pour la recherche en histoire des sciences et des techniques et au-delà, en sciences humaines et sociales, a progressé. Nous avons aujourd’hui accès en ligne à de multiples corpus constitués de documents très divers : textes imprimés, fonds d’archives numérisés, instruments de recherche archivistique, documents iconographiques, vidéos, simulations 3D, etc.

 

Dans le même temps sont apparus ou se sont affirmés des outils qui s’appuient sur l’archivistique, sur les techniques d’informatisation et de traitement des données, et sur les ressources de l’édition numérique. Ces outils posent de nouvelles questions à la recherche en SHS, favorisent l’interdisciplinarité en reconfigurant à la fois les métiers de l’information scientifique et technique et ceux de la recherche.

 

Cette troisième journée d’étude propose de faire un nouveau point sur les interactions entre les « techniques du numérique » disponibles et leur exploitation effective dans des programmes de recherches  (articulations entre la constitution des corpus et leur exploitation) ainsi que dans la formation des étudiants.

 

Dans un environnement foisonnant, le paysage institutionnel lui-même est en constante adaptation avec, notamment, la TGIR Huma-Num qui accompagne les chercheurs dans cette évolution avec des repères pour un archivage pérenne et un accès homogène aux données. Les disciplines s’organisent comme le suggère le projet de Consortium d’Histoire des Sciences et des Techniques qui compte fédérer les équipes du domaine engagées dans la production de corpus numériques.

 

 

PROGRAMME

Cette troisième journée d’étude propose de faire un nouveau point sur les interactions entre les « techniques du numérique » disponibles et leur exploitation effective dans des programmes de recherches  (articulations entre la constitution des corpus et leur exploitation) ainsi que dans la formation des étudiants.

 

9h30      Accueil et présentation

 

Claude Farge (Universcience)

Thérèse Charmasson (Universcience- CRHST)

 

Introduction

Christine Blondel (CNRS-Centre Alexandre-Koyré / CRHST-Universcience)

 

09h45  Session 1

 

Les nouvelles pratiques archivistiques : de l’accès aux sources à la conservation pérenne

 

Président : Stéphane Pouyllau (TGIR Huma-Num)

Florence Clavaud (Archives nationales)

Nicolas Larousse (TGIR Huma-Num)

 

 

10h45    Pause-café

 

11h15  Session 2

 

Formation des étudiants et corpus en ligne

 

Président : Alain Bernard (Université Paris Est Créteil / Centre Koyré)

Sylvain Laubé (Université de Bretagne Occidentale)

Marc Renneville (TGIR Huma-Num / Centre Koyré)

 

12h15    Déjeuner

 

14h00 Session 3

 

Les nouveaux outils d’annotation et le concept collaboratif pour la recherche

 

Président : Olivier Bruneau (Archives Henri Poincaré)

Scott Walter (Archives Henri Poincaré)

Marco Segala (Université d’Aquila / Centre Koyré)

 

15h00    Pause-café

 

15h15    Session 4

 

 Le projet de Consortium d’Histoire des Sciences et des Techniques

 Modérateur : Alain Michel (Université d’Evry / CRHST)

 

 

Cité des sciences et de l’industrie

Salle Jean-Painlevé

Bibliothèque des sciences et de l’industrie

Entrée niveau-1

 

Informations

Secrétariat du CRHST

01 40 05 75 52

crhst@universcience.fr

 

Les sources nativement numériques pour la recherche en histoire et patrimoine : pratiques et méthodes, lundi 9 décembre CNAM

programme-journe-769-e-9-de-769-cembre-hastec-cnam_Page_1

Les sciences humaines et sociales ont depuis quelques années vu s’accroître le regard réflexif des chercheurs sur leurs terrains et corpus, leurs gestes, leurs outils et instruments, en particulier dans le rapport aux technologies de l’information et de la communication à l’ère numérique.

 Si les « Digital Humanities » (Humanités numériques) ont montré les apports du traitement informatique pour des fonds de documents numérisés, de nouveaux documents sont produits dans l’usage même des techniques et environnements du numérique, et ce depuis que les ordinateurs sont nés il y a plus d’un demi-siècle. En quoi ces nouveaux documents peuvent-ils constituer de nouvelles sources pour les études qui s’interrogent sur le passé ? Quelles traces, générées dans l’usage des outils numériques et transmises par la mémoire d’usage des technologies informatiques, deviennent exploitables et analysables à côté des formes et contenus ? A quel nouveau type d’archives le chercheur en histoire ou en patrimoine doit-il se confronter ?

Journée d’étude organisée dans le cadre LabEx HASTEC (PRES HESAM) en partenariat avec les laboratoires DICEN et HT2S (Cnam) et le Projet PATRIMONIUM (action financée par le CNRS au titre de l’appel à projet « Expertise, controverses et communication entre science et société »).

Programme

9:00-09:15 Présentation générale par Camille Paloque-Berges (HT2S & DICEN, Cnam ; associée du LabEx Hastec)

Première session :
Faire confiance aux sources numériques ? Archives et documents entre mémoire, vérité et preuve

09:15-09:45 : Marie-Anne Chabin (DICEN, Cnam) et Claire Scopsi (DICEN, Cnam) : « Analyse diplomatique des effets du numérique sur la production des documents de preuve à vocation historique »

09:45-10:15 : Sophie Derrot (BNF) : « Le dépôt légal du Web : vers un patrimoine numérique »

10:15-10:45 : Emmanuel Ruzé (Istec & Télécom ParisTech) : « Quelques approches récentes des archives communautaires numériques »

10:45-11:15 : table ronde animée par Louise Merzeau (Tactic/DICEN, Université Paris Ouest Nanterre)
11:15-11:30 : pause

Questions transverses : disciplines et numérique 1/
11:30-12:00 : Eric Guichard (ENSSIB) : « Les humanités résistent-elles à l’histoire de l’écriture ? »

12:00-13:00 : buffet (à disposition du public dans la mesure des places disponibles)

Deuxième session :
Des artefacts techniques comme sources : nouveaux documents pour l’histoire des technologies en société

13:15-13:45 : Alexandre Hocquet (Archives Poincaré/Université de Lorraine) et Camille Paloque-Berges (HT2S & DICEN, Cnam ; associée du LabEx Hastec): « Collectifs scientifiques et techniciens étudiés à partir de leurs échanges en ligne »

13:45-14:15 : Francesca Musiani (CSI/MINES ParisTech) : « Le virtuel entre matérialité et invisibilité : étudier les infrastructures numériques »

14:15-15:45 : Benjamin Thierry (Paris Sorbonne/IRICE) : « ‘Le village sans sauvage’ : une approche ethno-historique du concept d’interactivité »

15:45-16:30 : table ronde animée par Valérie Schafer (ISCC, CNRS)

16:30-16:45 : pause

Questions transverses : disciplines et numérique 2/
16:45-17:15 : Frédéric Clavert (Labex EHNE): « Mise en données des sciences humaines et sociales: l’exemple de l’histoire »

17:15-17:45 : Evelyne Broudoux (DICEN, Cnam): « L’apport des sciences de l’information à l’étude des sources »